La température idéale pour chauffer une maison sans se ruiner

Bouton whatsapp

La température de chauffage varie selon la pièce. Découvrez quelle est la température idéale d’une maison pour optimiser votre consommation énergétique.

La bonne température de chauffage pièce par pièce

Réglage du thermostat d’un radiateur Crédit : djedzura

À voir aussi

Avec l’hiver qui fait son retour, il est temps de remettre le chauffage pour ne pas avoir froid. Pourtant, entre besoin de confort thermique et économies d’électricité, trouver le bon compromis n’est pas facile. Une bonne répartition de la chaleur dans toutes les pièces de la maison s’avère pourtant nécessaire pour éviter les gaspillages. En effet, selon l’ADEME, ou Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, une augmentation de la température de seulement un degré Celsius équivaut à 7 % de consommation énergétique en plus. Par ailleurs, le surchauffage d’un logement peut affecter la santé des personnes, notamment lorsque l’air ambiant devient trop sec dû au surchauffage. Ainsi, il s’avère indispensable d’ajuster la température de chaque pièce.

Dans un logement, les radiateurs sont reliés à une chaudière centrale et ils disposent chacun d’un dispositif servant à régler la température. Le réglage dépend essentiellement des caractéristiques de la zone à chauffer, de la fonction de chaque pièce ainsi que des besoins des occupants. La température extérieure est également souvent prise en compte pour effectuer les bons réglages. Dans ce cas précis, l’ajout d’une sonde extérieure reliée à votre chaudière est nécessaire. En outre, l’exposition de la maison peut faire varier les besoins de chauffage. Un logement exposé sud bénéficie d’un apport gratuit de chaleur, il faut tenir compte de cet aspect lors des réglages et mesures.

L’air ambiant peut aussi être un facteur important, les besoins étant différents avec un taux d’humidité élevé ou bas. En outre, les besoins ne sont pas les mêmes dans une pièce inoccupée. Lorsque tous les membres de la famille sont à l’extérieur, il faut baisser le thermostat. Le choix d’un système de chauffage connecté ou programmable se révèle dans ce cas judicieux. Vous pouvez aussi installer un robinet thermostatique sur chacun de vos radiateurs pour que ces derniers s’ajustent en fonction de vos besoins et des conditions environnantes.

Le type de logement n’influe pas sur le choix des bonnes températures de chauffage. Toutefois, que vous viviez dans un appartement ou une maison, l’habitation doit être conforme avec les normes actuelles en matière d’isolation thermique. Dans tous les cas, le Code de la construction et de l’habitation ainsi que l’ADEME préconisent des températures spécifiques pour bien se chauffer tout en réalisant des économies. Dans une maison occupée, la température moyenne recommandée est de 19 degrés au centre de la pièce et à 1,5 mètre du sol. Cependant, il est à rappeler que cette indication ne tient pas compte des conditions ambiantes citées précédemment. Que vous utilisiez une cheminée, une chaudière centrale à gaz ou un chauffage d’appoint, voici nos conseils pour choisir la température idéale dans une maison, pièce par pièce.

1 – La bonne température dans les pièces à vivre

Système de chauffage dans une pièce à vivre Crédit : omap49

Les pièces à vivre regroupent le salon, la salle à manger, le bureau et même la cuisine, selon le style. La température recommandée est de 19 °C lorsque le logement est occupé. Dans le cas contraire, un maximum de 16 °C est obligatoire si les occupants sont absents pendant une période de 24 à 48 heures. Si l’inoccupation va au-delà de 48 heures, la température maximale doit être de 8 °C. Toutefois, vous pouvez monter à 20 ou 21 °C, en fonction de la situation. Afin de limiter votre consommation, pensez à porter des vêtements chauds, couvrez-vous avec un plaid lorsque vous êtes sur le canapé, ou mettez des chaussettes. Ainsi, vous ne serez pas obligé de pousser votre chauffage.

2 – La chambre à coucher des adultes

Chambre à coucher avec un radiateur Crédit : Mirjana Ristic

La température de chauffage de la chambre à coucher ne doit pas excéder 16 °C selon l’ADEME. Au-delà, la qualité de votre sommeil risque d’être altérée. Pour éviter la déperdition de chaleur et ne pas avoir froid, n’oubliez pas de fermer les volets et de tirer les rideaux, cela contribuera à préserver une température ambiante adaptée au sommeil. Utilisez une couette épaisse et portez un pyjama pour ne pas avoir à augmenter le thermostat.

3 – La chambre à coucher de bébé / des enfants

Chambre de bébé Crédit : Rawf8

La température idéale doit être comprise entre 18 et 20 °C dans la chambre de bébé et des enfants. La fonction thermorégulatrice de bébé n’étant pas encore développée, il risque d’avoir froid en dessous de 18 °C. Les enfants, quant à eux, ont tendance à dormir hors de la couette.

4 – La salle de bain

Salle de bain avec un porte-serviettes chauffant Crédit : BlackPixel

La température de la salle de bain doit également être ajustée. Elle varie de 17 à 22 °C selon le moment et les conditions ambiantes. La salle d’eau est une pièce qui n’est pas utilisée toute la journée, elle est donc la plupart du temps inoccupée. Après les passages du matin, il est inutile de la chauffer. Maintenez un réglage à 17 °C.

En revanche, pensez à augmenter la température avant que tout le monde rentre à la maison, en installant un thermostat programmable par exemple. Pour une sortie de bain sans inconfort,il est recommandé de porter la température de la pièce d’eau à 21 ou 22 °C. Afin d’économiser de l’énergie, pensez à installer un sèche-serviette qui fera en même temps office d’appareil de chauffage dans la salle de bain. De plus, ce dispositif s’accorde bien avec l’agencement de la pièce d’eau.

Installer un chauffage d’appoint peut également se révéler judicieux. Vous ne l’utiliserez que pendant la période précédant votre douche afin de chauffer rapidement la salle de bain.

5 – Les petites pièces

Hall d’entrée d’un appartement moderne Crédit : Polina Strelkova

Les toilettes, l’entrée ou le couloir sont des petites pièces qui ne sont fréquentées que très peu dans la journée. Ainsi, une température autour de 17 °C est suffisante. Le débarras n’a pratiquement pas besoin de chauffage, mais si nécessaire, vous pouvez y maintenir une température de 12 à 14 °C.

Que faire si la température idéale ne peut pas être atteinte?

Pose de laine de roche pour renforcer l’isolation Crédit : brizmaker

Vous avez réglé le thermostat de vos radiateurs pour atteindre la température idéale à l’intérieur de votre maison, mais avez l’impression d’avoir froid? Le thermomètre n’arrive pas à la valeur requise? Cela signifie sûrement que votre maison ou appartement n’est pas bien isolé. La déperdition de chaleur due à une mauvaise isolation entraîne une baisse anormale de la température ambiante, et vos appareils de chauffage ne peuvent pas atteindre la température idéale. Au-delà de l’inconfort que cela peut générer, vous risquez aussi de gonfler votre facture d’électricité ou de gaz, ou vos dépenses de chauffage selon l’appareil utilisé.

Pour éviter cela, pensez à rénover l’isolation thermique de votre logement. Le coût des travaux peut être pris en charge par les organismes étatiques. Voici les principaux dispositifs permettant de financer la rénovation énergétique de votre habitation :

  • MaPrimeRénov’ : cette prime à la rénovation s’adresse aux propriétaires voulant réaliser des travaux ayant pour but de rénover l’isolation thermique ou d’améliorer les performances du chauffage. Il peut s’agir par exemple de l’achat d’une nouvelle chaudière, mais le bâtiment doit dans ce cas être construit depuis au moins 2 ans.
  • MaPrimeRénov’ Sérénité : ce dispositif inclut une aide financière et des conseils pour permettre aux ménages à revenus modestes et très modestes à réaliser des travaux de rénovation énergétique. Le logement doit avoir plus de 15 ans et le bénéficiaire de l’aide doit obligatoirement faire appel à un artisan ou une entreprise ayant le label RGE (reconnu garant de l’environnement).
  • L’exonération de la taxe foncière : cette aide locale (procurée par les communes) s’adresse aux propriétaires réalisant des travaux d’économie d’énergie. Comme son nom l’indique, elle permet d’être exonéré de la taxe foncière, totalement ou partiellement.
  • Les Certificats d’Économie d’Énergie ou CEE : ces aides des fournisseurs d’énergie s’adressent tant aux locataires qu’aux propriétaires. Elles peuvent prendre la forme d’un prêt à taux bonifié, d’une prime ou encore de conseils. Le bénéficiaire doit faire réaliser les travaux par un professionnel certifié RGE.
  • Le chèque énergie : ce dispositif est destiné aux ménages à revenus modestes et permet notamment de financer les travaux de rénovation énergétique. Le recours à un professionnel certifié RGE est également une condition requise pour en bénéficier et en cas d’éligibilité.
  • Le Coup de Pouce Économie d’énergie : il s’agit de primes visant à faciliter certains travaux tels que le remplacement de l’isolation, l’achat d’un nouveau système de chauffage ou d’un thermostat performant. Ce dispositif est accessible à tous les ménages et le montant des primes varie en fonction des ressources.
  • L’Éco-Prêt à Taux Zéro : il s’agit d’un financement sans taux d’intérêt et sans avance de trésorerie, destiné à couvrir les frais des travaux de rénovation énergétique. Il s’adresse aux propriétaires, et le bien doit être construit depuis plus de 2 ans.

Quelques conseils dans le choix d’un système de chauffage

Une chaudière au sous-sol Crédit : KangeStudio

Plusieurs systèmes de chauffage existent, avec leurs avantages et inconvénients. Si vous êtes sur le point de changer de chauffage, voici quelques indications pour vous guider :

  • Les planchers chauffants et les radiateurs à basse température reliés à une chaudière sont réputés pour le confort thermique qu’ils procurent. En effet, ils délivrent une chaleur douce et agréable.
  • Les radiateurs électriques se caractérisent par un temps de chauffe plus long, mais ils sont également appréciés pour leur confort thermique.
  • Les panneaux rayonnants et les convecteurs électriques ont la mauvaise réputation de dessécher l’air ambiant.
  • La pompe à chaleur se base sur le principe du transfert d’énergie thermique ; elle est onéreuse, mais présente l’avantage de fonctionner comme climatiseur en été.
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter