Consommer une bière par jour ferait vieillir le cerveau d'environ 2 ans, selon une étude récente

2 268partages
Bouton whatsapp

Une nouvelle étude a établi un lien entre consommation d'alcool et état du cerveau humain. En effet, le fait de boire ne serait-ce qu'un verre de vin ou une bière par jour était lié à un effet de vieillissement du cerveau.

Crédit : kazuend

À voir aussi

Contrairement aux recherches antérieures suggérant que quelques verres par semaine pouvaient améliorer la mémorisation des mots, la dernière étude sur l'alcool et le cerveau a conclu que même une consommation légère à modérée d'alcool pouvait être liée à un déclin cognitif ultérieur.

Des chercheurs de l'université de Pennsylvanie ont examiné les données de plus de 36 000 adultes d'âge moyen et plus âgés qui ont communiqué des informations sur leur santé à la UK Biobank, notamment des enquêtes sur le mode de vie et des scanners cérébraux. Ils ont constaté que plus les personnes déclaraient boire, plus le lien avec la perte de matière cérébrale était fort, selon l'article publié dans Nature Communications. Chaque unité d'alcool, ou chaque demi-boisson, ajoutée à la moyenne quotidienne d'une personne était liée à une plus grande perte de capacité cognitive.

Bien que l'étude n'ait pas cherché à prouver l'existence d'une relation de cause à effet, les auteurs ont déclaré que les gros buveurs auraient tout intérêt à prendre note de cette tendance inquiétante. « Un verre supplémentaire dans une journée pourrait avoir plus d'impact que tous les verres précédents de la journée. Cela signifie que réduire le dernier verre de la soirée pourrait avoir un effet important en termes de vieillissement cérébral » a déclaré Remi Daviet, co-auteur de l'étude, dans un communiqué de presse.

Crédit : TheDigitalArtist / Pixabay

Il est normal de perdre un peu de sa rapidité de réflexion en vieillissant, et cela se reflète dans la physiologie du cerveau. Des études ont montré que le déclin cognitif normal s'accompagne d'une perte de matière grise, c'est-à-dire des parties du cerveau qui effectuent l'essentiel du traitement de l'information. Le reste du cerveau est appelé matière blanche, car les connexions entre les parties du cerveau apparaissent comme des branches blanches sur un scanner cérébral.

L'équipe de scientifiques de Pennsylvanie a constaté une réduction du volume global du cerveau, y compris de la matière grise et de la matière blanche, associée à différents niveaux de consommation d'alcool. Pour replacer cette perte dans son contexte, ils l'ont comparée aux changements qui se produisent généralement avec le vieillissement. Le passage d'une moyenne de zéro verre par jour à un verre par jour a été associé à l'équivalent de deux ans de vieillissement dans un échantillon de personnes âgées de 50 ans. La relation semble être à peu près exponentielle, ont noté les auteurs, puisque passer de zéro à quatre verres était lié à plus de 10 ans de vieillissement du cerveau.

Crédit : Bence Boros

Une consommation faible a également un impact sur le cerveau

Les niveaux de consommation d'alcool liés aux changements cérébraux étaient conformes aux directives nationales relatives à la consommation d'alcool sans risque, et certains des auteurs de l'étude incitent à réexaminer ces normes. Par exemple, l'Institut national sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme recommande aux femmes de ne pas consommer plus d'un verre par jour en moyenne et indique que les hommes peuvent boire deux verres par jour. Si elle est maintenue quotidiennement, une telle consommation d'alcool pourrait provoquer un dommage potentiel pour le cerveau.

En ce qui concerne les personnes qui boivent quelques verres par semaine, le fait de boire moins d'un verre par jour en moyenne est lié à une perte minimale de tissu cérébral, soit environ une demi-année de vieillissement. « Le fait que nous disposions d'un échantillon d'une telle taille nous permet de trouver des modèles subtils, même entre la consommation de l'équivalent d'une demi-bière et d'une bière par jour » a expliqué Gideon Nave, auteur correspondant de l'étude et membre de la faculté de la Wharton School de Pennsylvanie.

Intéressant, n’est-ce pas ?

Source : INSIDER
Bouton whatsapp