Un nouveau traitement contre la dépression entraîne une rémission chez près de 80% des patients

Bouton whatsapp

Une étude de l'université de Stanford portant sur un nouveau protocole de traitement de la dépression sévère par stimulation magnétique transcrânienne s'est révélée extrêmement efficace, entraînant une rémission chez 79 % des personnes ayant participé à l'essai.

Crédit : Stock-Asso / Shutterstock

À voir aussi

Un tel traitement a déjà été utilisé contre la dépression, mais le nouveau protocole est une méthode individualisée et non invasive, qui a bien fonctionné pour soulager la dépression sévère et apporter des bénéfices durables chez la grande majorité des 29 patients qui ont pris part à l’essai clinique. Les recherches sur ce nouveau traitement ont été publiées dans la prestigieuse revue scientifique The American Journal of Psychiatry.

« Cela fonctionne bien, cela fonctionne rapidement et c'est non invasif. Cela pourrait changer la donne » a déclaré Nolan Williams, professeur adjoint de psychiatrie et de sciences du comportement, dans un communiqué. Le protocole s'appuie sur un traitement de stimulation déjà approuvé, appelé stimulation intermittente des thêta-bursts (ITBS). Au cours de l’ITBS, des impulsions magnétiques sont délivrées à la région du cerveau supposée être impliquée dans la dépression, tous les jours pendant six semaines. Cependant, il est important de noter que le traitement est particulièrement long et que les résultats varient largement selon les cas.

Pour tenter d'améliorer la thérapie, une équipe de scientifiques de Stanford dirigée par David Williams a cherché à cibler les impulsions de manière plus précise selon les besoins de chaque patient et à augmenter le nombre d'impulsions. Cette nouvelle version du protocole délivre les impulsions en un temps beaucoup plus court, avec 10 sessions de 10 minutes, séparées par des pauses de 50 minutes, sur cinq jours consécutifs.

Crédit : Gorodenkoff / Shutterstock

Un traitement révolutionnaire contre la dépression

Les 29 patients ont été répartis en deux groupes : ceux recevant la nouvelle thérapie de neuromodulation de Stanford (SNT) et ceux recevant un traitement fictif de type placebo. Et après seulement cinq jours de traitement, 78,6 % des participants ayant reçu la SNT sont entrés en rémission et ont rempli plusieurs conditions pour ne plus être diagnostiqués comme déprimés. Sur les 14 participants traités, 12 ont vu leurs symptômes s'améliorer en quatre semaines et 11 ont été caractérisés comme étant en rémission, alors que seulement deux des 15 patients du groupe fictif répondaient aux mêmes critères.

L’un des patients, Tommy Van Brocklin, 60 ans, a déclaré que ce traitement était un succès massif pour les depréssif qui cherchaient un remède depuis des décennies : « en 1975, ils n'avaient pas les médicaments et la compréhension qu'ils ont maintenant. On me disait que je ne faisais pas assez d'efforts. J'ai tenu toutes ces années, mais cela a été très difficile par moments. » Aujourd’hui Tommy Van Brocklin a pu reprendre une vie normale. « Le troisième jour, tout d'un coup, cela a fait une grande différence. Je me suis senti tellement mieux, et ça m'a marqué. Je ne procrastine plus. Je dors mieux. J'ai complètement arrêté l'alcool. Je promène mon chien et je joue à nouveau de la guitare, et tout cela pour rien d'autre que pour le simple plaisir de le faire. »

Une excellente nouvelle, n’est-ce pas ?

Source : IFL Science
Bouton whatsapp