L'univers serait dans un cycle permanent de mort et de renaissance, selon le Prix Nobel de physique 2020

Bouton whatsapp

Sir Roger Penrose, un mathématicien et physicien de l'université d'Oxford qui vient de partager le prix Nobel de physique de cette année, affirme que notre univers a connu plusieurs Big Bangs, et qu'un autre est à venir.

Crédit : PetaPixel

À voir aussi

Le scientifique a reçu le prix Nobel pour avoir élaboré des méthodes mathématiques qui ont permis de prouver et d'étendre la théorie générale de la relativité d'Albert Einstein, et pour ses découvertes sur les trous noirs, qui ont montré comment les objets qui deviennent trop denses subissent un effondrement gravitationnel.

Lors de la remise de prix, Roger Penrose a réitéré sa croyance en ce qu'il a appelé « une de mes théories folles », selon laquelle l'univers va s'étendre jusqu'à ce que toute la matière finisse par se désintégrer. Et alors, un nouveau Big Bang donnera naissance à un nouvel univers, et ainsi de suite. « Le Big Bang n'était pas le commencement. Il y avait quelque chose avant le Big Bang et ce quelque chose est ce que nous aurons dans notre futur » a déclaré le chercheur.

Quelles preuves le physicien a-t-il pour cette théorie qu'il a baptisé « cosmologie cyclique conforme » (CCC) et qui va à l'encontre des connaissances actuelles sur le Big Bang ? Il dit avoir découvert six points dans le ciel, appelés « points Hawking », qui sont tous environ huit fois plus grands que le diamètre de la Lune. Le défunt professeur Stephen Hawking, dont ils portent le nom, avait pensé que les trous noirs fuyaient le rayonnement et finissent par s'évaporer. Et cette évolution pourrait prendre plus de temps que l'âge de l'univers que nous habitons actuellement (13,77 milliards d'années), il est très improbable de repérer de tels trous.

Crédit : ESA and the Planck Collaboration

De nouvelles connaissances sur le Big Bang

Roger Penrose, qui a collaboré avec Stephen Hawking, pense que nous sommes, en fait, capables d'observer des trous noirs « morts » laissés par des univers précédents. Si cela s'avérait exact, cela validerait également les théories du célèbre scientifique. L'article écrit par le physicien en 2020, publié dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, apporte la preuve de l'existence de « taches circulaires anormales » dont la température a augmenté. Les données révélant ces taches proviennent du satellite Planck 70 GHz et ont été confirmées par près de 10 000 simulations.

Concrètement, cela signifie que l’univers dans lequel nous vivons actuellement finira par se désintégrer, avant de renaître de ses cendres. Fascinant, n’est-ce pas ?

Bouton whatsapp