Réchauffement climatique : au Japon, la floraison des cerisiers arrive de plus en plus tôt

Bouton whatsapp

Depuis de nombreux siècles, la ville de Kyoto, au Japon, est célèbre pour ses cerisiers en fleurs. Chaque année, entre avril et mai, les arbres de la ville fleurissent, attirant des touristes du monde entier pour assister à ce qui est traditionnellement considéré comme un symbole annonçant l’arrivée du printemps.

Crédit : Ryosuke Yagi

À voir aussi

Mais à cause au réchauffement climatique, le printemps arrive de plus en plus tôt. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue IOP Environmental Research Letters, les cerisiers en fleur de Kyoto fleurissent ainsi 11 jours plus tôt qu'ils ne le feraient sans les effets du changement climatique d'origine humaine. En effet, les dates de floraison extrêmement précoces sont désormais 15 fois plus probables qu'elles ne le seraient sans ce dérèglement climatique.

« Non seulement le changement climatique d'origine humaine et le réchauffement urbain ont déjà eu un impact sur les dates de floraison des cerisiers à Kyoto mais les dates de floraison extrêmement précoces, comme en 2021, sont désormais susceptibles de se produire bien plus souvent » a déclaré Nikos Christidis, auteur principal du rapport d’étude et climatologue au Met Office britannique. L'année dernière, les fleurs de cerisier ont fleuri le 26 mars, soit le plus tôt depuis plus de 1 000 ans. En 2022, les arbres ont atteint leur pleine floraison le 1er avril.

Crédit : Japan-Experience

Bien que la tradition de l'observation des cerisiers en fleur remonte à plus de 1 200 ans, l'idée que les fleurs signalent le printemps repose sur des bases scientifiques solides. Les fleurs de cerisier ne sortent de leurs bourgeons que si la température est suffisamment chaude pendant plusieurs jours d'affilée. C'est un moyen astucieux de répondre aux quelques jours de canicule que l'on constate parfois en janvier et qui pourraient laisser un arbre tenter de germer dans la neige. Habituellement, cette température est atteinte à Kyoto à partir du mois de mars, lorsque la ville atteint environ 9-10°C, mais sans l'influence de l'homme, elle serait plus proche de 5-6°C. « Cette information a été trouvée dans toutes sortes de sources, comme dans les écrits des empereurs. L’éclosion des fleurs des cerisiers à Kyoto est un événement important au Japon depuis les temps anciens » a déclaré Nikos Christidis à nos confrères New Scientist.

Selon les recherches, le changement climatique a décalé le début de l’apparition des fleurs de cerisier d'environ six jours, mais ce n'est pas le seul problème d'origine humaine qui fait avancer la floraison. À mesure que les villes s'industrialisent et se développent, elles deviennent plus chaudes, c’est le résultat de matières artificielles comme les routes qui n'absorbent pas la lumière du soleil aussi efficacement que l'herbe ou d’autres éléments naturels. Idem pour tout le gaspillage d'énergie provenant d'appareils comme les réfrigérateurs et les climatiseurs.

Crédit : Heian Jingu Shrine

Les cerisiers en fleur, un phénomène de plus en plus précoce

Dans le cas de Kyoto, ces températures plus élevées entraînent la floraison des cerisiers cinq jours plus tôt qu'en dehors de la ville, ce que l'équipe a confirmé en comparant les températures enregistrées par une station météorologique située dans le centre de Kyoto et par une station située dans la zone rurale de Kameoka. Selon les scientifiques impliqués dans l’étude, si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au même rythme, ces 11 jours au total (6 dus au changement climatique et 5 à l'urbanisation), augmenteront encore de près d'une semaine dans un futur proche. « Le phénomène de floraison précoce devrait se produire tous les quelques années d'ici 2100, date à laquelle ils ne seront plus considérés comme extrêmes » a confié Nikos Christidis.

Inquiétant, n’est-ce pas ?

Source : CNN
Bouton whatsapp