Cette étude britannique montre que les bébés grimacent quand leur maman mange du chou

Bouton whatsapp

Le chou frisé est bien connu pour ses nombreux avantages nutritionnels. Mais pour une grande partie d’entre nous, son goût peut être difficile à apprécier. Et il s'avère que les adultes ne sont pas les seuls à penser ainsi.

Crédit : alice dias didszoleit / iStock

À voir aussi

En effet, une étude très sérieuse récemment menée à l'université de Durham, en Angleterre, et publiée dans la prestigieuse revue spécialisée Psychological Science a révélé que les bébés à naître grimaçaient lorsque leurs mères ingéraient ce légume. « Un certain nombre d'études ont suggéré que les bébés peuvent goûter et sentir dans l'utérus, mais elles sont basées sur les résultats après la naissance, alors que notre étude est la première à constater ces réactions avant la naissance » explique Beyza Ustun, chercheur de troisième cycle au laboratoire de recherche fœtale et néonatale du département de psychologie de l'université de Durham

L'équipe de scientifiques a réalisé des échographies 3D de 100 femmes enceintes afin d'analyser la réaction des bébés à différents aliments consommés par leur mère. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les observations ont été très différentes selon le menu dégusté par la maman. Par exemple, après que les participantes aient mangé des carottes, les fœtus semblaient avoir des visages ravis qui ressemblent presque à des rires. En revanche, les fœtus semblaient grimacer de dégoût lorsque leur mère mangeait du chou frisé. Les experts estiment que les fœtus sont capables de ressentir ces saveurs en inhalant et en avalant le liquide amniotique dans l'utérus.

Crédit : Prof. Jackie Blissett

Crédit : Prof. Jackie Blissett

Une découverte encourageante

« Il était vraiment étonnant de voir la réaction des bébés aux saveurs du chou frisé ou de la carotte pendant les scans et de partager ces moments avec leurs parents. Nous pensons que cette exposition répétée aux saveurs avant la naissance pourrait aider à établir les préférences alimentaires après la naissance, ce qui pourrait être important lorsqu'on réfléchit aux messages concernant une alimentation saine et à la possibilité d'éviter les complications lors du sevrage » a ajouté la jeune chercheuse Beyza Ustun.

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter