Un fossile de « vampire » découvert s'avère être le plus ancien jamais retrouvé

Bouton whatsapp

Un fossile de « vampire », découvert il y a plus de 20 ans, s’avère être le plus ancien jamais retrouvé.

Tout le monde connaît les vampires, ces créatures légendaires et assoiffées de sang qui ont terrorisé de nombreuses personnes durant des siècles, d’abord dans le folklore et la littérature puis au cinéma.

À voir aussi

En revanche, peu d’entre nous peuvent se vanter de connaître le Vampyroteuthis infernalis, plus connu sous le nom de vampire des abysses, une créature marine, bien réelle, qui vit dans les profondeurs de nos océans.

Ce petit céphalopode, aujourd’hui très répandue, est un animal proche de la pieuvre appartenant à l’ordre des vampyromorphides, dont il est le dernier représentant, et ses origines restent encore méconnues.

Crédit photo : K. Whalen / Christopher Whalen

Découverte du plus vieux fossile de vampire des abysses 

Il faut dire qu’il est très difficile d’étudier ce genre de céphalopodes car la mollesse de leur corps ne facilite pas le processus de fossilisation. Généralement, les paléontologues ne retrouvent que des restes parcellaires, rendant ainsi délicat l’étude des fossiles.

Jusqu’à présent, les traces les plus anciennes de la présence des vampyromorphides remontaient à 240 millions d’années environ. Des données génétiques indiquaient pourtant que ces drôles d’animaux étaient manifestement déjà présents à une époque comprise entre 330 et 250 millions d’années avant notre ère, sans toutefois qu’on en ait le cœur net.

Mais l’analyse d’un fossile très bien conservé, retrouvé dans le Montana (États-Unis) dans les années 90, a permis de confirmer cette hypothèse.

Baptisé Syllipsimopodi bideni (en hommage à… Joe Biden), ce fossile - qui était stocké dans un musée canadien depuis sa découverte - serait celui d’un spécimen ayant vécu il y a entre 330 et 323 millions d’années, ce qui en fait le plus vieux « vampire » connu à ce jour.

Crédit photo : Nature Communications

Une étude, publiée le 8 mars 2022 dans la revue scientifique Nature Communications, décrit cette créature comme une sorte de pieuvre qui possédait 10 bras avec ventouses.

D’après l’étude du fossile, l’animal avait à l’époque ce que l’on appelle un glaive (structure interne dure et de forme triangulaire), que ses descendants actuels ne possèdent plus qu’à l’état vestigial, c'est-à-dire que l'évolution l'a rendu inutile.

Ce vampire des abysses mesurait environ 12 centimètres de long et son corps formait une sorte de torpille, un peu à l’image des calmars d’aujourd’hui.

Deux des bras de ce prédateur intermédiaire étaient plus longs que les autres, très certainement pour capturer ses proies, dont certaines étaient des mollusques.

Bouton whatsapp