La photo alarmante du dos d'un éléphant ayant porté des touristes pendant 25 ans

En Thaïlande, une association de défense des animaux a publié une photo d’un éléphant, dont la colonne vertébrale est fortement endommagée après avoir porté des touristes pendant 25 ans.

Crédit photo : Instagram / WFFT

De plus en plus, les opérations de tourisme qui mettent à contribution les animaux sont pointés du doigt, à raison. On connaît les ânes de Santorin, en Grèce, et il y aussi les éléphants en Thaïlande souvent utilisés comme moyen de transport pour des visites et de la promenade. 

L’ONG WFFT (Wildlife Friends Foundation in Thailand) a souhaité alerter sur les conséquences physiques que subissent les éléphants enrôlés dans l’industrie du tourisme.

Pour cela, elle a publié sur Instagram plusieurs photographies de Pai Lin, un éléphant âgé de 71 ans qui a passé 25 ans de sa vie à porter des touristes sur son dos, parfois même six touristes en même temps.

Un dos complètement déformé par des années de labeur

“Le dos de Pai Lin porte des cicatrices dues à d’anciens points de pression. Cela peut détériorer les tissus et les os du dos, ce qui cause des dommages physiques irréversibles à leur colonne vertébrale” indique l’ONG, qui a récupéré le pachyderme en 2006, dans un état physique fortement dégradé.

Crédit photo : Instagram / WFFT

“Elle a été abandonnée par son propriétaire qui estimait qu’elle était trop lente et qu’elle ne pouvait plus travailler” a précisé Edwin Wiek, le directeur du WFFT sur CNN.

Si son état s’est amélioré depuis son arrivée au refuge, sa déformation dorsale est une séquelle qui ne partira jamais. Les photos publiées sont sans équivoque et on peut voir à quel point la santé des animaux est trop souvent ignorée lorsqu’ils sont utilisé pour le tourisme. On se souvient par exemple de cette histoire, encore en Thaïlande, où un éléphant avait fini par tuer son propriétaire qui l'avait obligé à transporter du bois sous une forte chaleur.

Source : Instagram / WFFT
VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef