Le mystère des rayures du zèbre enfin résolu ? Des scientifiques affirment savoir quel est leur rôle

Bouton whatsapp

Des scientifiques américains prétendent avoir enfin résolu le mystère des rayures du zèbre, affirmant connaître le rôle de ces bandes si particulières.

Nous nous sommes tous déjà posé la question, au moins une fois !

À voir aussi

Mais pourquoi les zèbres arborent-ils ces fameuses rangées de rayures noires et blanches ?

Il faut dire que le pelage de ces équidés, qui vivent exclusivement en Afrique, a toujours suscité autant de fascinations que d’interrogations.

Et si de nombreuses théories, plus ou moins cohérentes, ont été avancées jusqu’à présent, personne n’était en mesure d’affirmer avec certitude quelle pouvait être l’origine de ces rayures.

Crédit photo : Greens and Blues / Shutterstock

Les rayures du zèbre, un brouilleur pour les insectes volants ?

Désireuse de lever le voile sur cette question en suspens, une équipe américaine, constituée de chercheurs de l’Université de Bristol et de UC Davis en Californie, pense avoir enfin percé ce mystère vieux comme le monde.

Selon elle, les rayures du zèbre lui permettraient de se protéger des attaques de mouches, de taons et autres insectes suceurs de sang.

Une théorie avancée dès 2014 par le professeur Tim Caro, de l’université de Bristol, qui, à l’époque, avait déjà publié une première étude probante sur la question.

Associé à son confrère Martin How, de UC Davis, le scientifique a décidé de creuser plus en profondeur cette hypothèse en tentant de comprendre quel pouvait être le fonctionnement de ce mécanisme de dissuasion lié aux rayures.

De cette collaboration est née une nouvelle étude, publiée en 2019 dans la revue scientifique Plos One.

Dans cette dernière, on apprend que les chercheurs ont observé le comportement des taons envers les chevaux domestiques et les zèbres, à partir d’enregistrements vidéo.

Et ce qu’ils ont vu sur les images était assez troublant !

En effet, les rayures semblaient agir tel un brouilleur lorsque les insectes tentaient de se poser sur la peau des zèbres afin de les piquer.

« Soit les taons survolent les rayures, soit ils se cognent contre elles. Ils ont plus de difficulté à se poser que sur des cheveux », explique ainsi Tim Caro.

« Cette perte d’efficacité au moment de se poser sur la peau des zèbres peut s’expliquer par la perturbation visuelle que provoqueraient les rayures au moment final de l’approche, lorsqu’ils se trouvent à toute proximité d’un objet les taons ont une moins bonne acuité visuelle », précise pour sa part Martin How.

Crédit photo : Juan Aceituno / Shutterstock

D’autre part, les observations ont démontré que les zèbres possèdent de meilleurs réflexes que les chevaux lorsqu’il s’agit d’éviter les piqûres de taon. Ils se mettent ainsi à courir ou agitent la queue de façon plus rapide, ce qui s’avère plus efficace.

De manière générale, l’étude a montré que les zèbres subissaient moins de piqûres, ce qui leur permet notamment d’éviter d’être contaminés par certaines maladies dont seraient porteurs les insectes.

Pour définitivement valider leur hypothèse, les scientifiques ont fait porter à des chevaux des couvertures de différentes couleurs, dont certaines arboraient des rayures.

Et là encore, ceux portant ces dernières étaient les animaux les moins piqués.

Une ligne de plus que l’on peut désormais rayer de la liste des mystères non résolus.

Bouton whatsapp