Savoie : disparu depuis plus d'un siècle, le chat sauvage a été repéré par un piège photographique

2 437partages
Bouton whatsapp

Disparu des montagnes savoyardes depuis un siècle, le chat sauvage est enfin de retour. Il a été aperçu dans le massif des Bauges par les pièges photographiques de la montagne. Une bonne nouvelle qui traduit le bien-être de l’écosystème de la région.

Crédit : Aconcagua/ Wikipedia

Il n’y avait plus aucune trace de chats sauvages en Savoie depuis le XXème siècle. Aussi appelé chat sylvestre ou chat forestier, ce chat sauvage fut longtemps chassé pour sa fourrure. La destruction de son habitat, dans les zones boisées du massif jurassien, a aussi accéléré la disparition de ce chat à l’apparence proche du chat domestique.

Mais au mois d’avril, le chat sauvage a été repéré en montagne par les gardes du parc naturel régional des Bauges, rapportent nos confrères du Parisien. Une belle surprise puisque voilà plus d’un siècle qu’on n’avait pas vu pointer le bout de son nez.

« Il s’est fait tirer le portrait par des pièges photographiques situés à 1 500 m d’altitude, initialement utilisés pour le suivi du loup et du lynx. La présence de ce nouveau prédateur est une excellente nouvelle. Cela veut dire que l’écosystème est en bonne santé, car il fournit au chat sylvestre la nourriture nécessaire à son installation pérenne sur le territoire », s’est réjoui Richard Cousin, chargé de mission du milieu naturel dans le parc, auprès du Parisien.

Une population en augmentation dans les Alpes

Massif des Bauges, Savoie. Crédit : Myrabella/ Wikipedia

À première vue, le chat forestier ressemble à un chat domestiqué. Son pelage tigré et sa queue cylindrique lui valent aussi le surnom de « petit tigre des bois ». Mais pas de panique si vous croisez le chat sauvage en Savoie. Contrairement à son surnom de « tigre », le chat forestier ne se nourrit que de micromammifères comme les mulots, les souris, les musaraignes, les lapins de petites tailles, les campagnols mais aussi certains oiseaux (mésanges, moineaux…).

En un siècle, il semblerait que les choses aient changé. En effet, le chat sauvage n’est protégé que depuis 1981. D’après France Nature Environnement, la population du chat sauvage serait en augmentation dans la forêt alpine.

Pour le moment, sept communes des Bauges abritent le chat sauvage.

Source : Le Parisien
Bouton whatsapp