L'un des 60 000 flamants roses vivant en France vient de fêter ses 45 ans

3 253partages
Bouton whatsapp

À Aigues-Mortes, dans le Gard, un flamant-rose né en 1977 a été aperçu au printemps niché dans un îlot du site naturel de l’étang du Roi.

Crédit : Lady-Photo/ iStock

L’identification de ce flamant rose, baptisé AAR, a été permise grâce à une campagne de baguage dans les années 1970, la première du genre. En 1977, année de naissance de AAR, 531 autres poussins avaient été équipés « d’un anneau de plastique à code alphanumérique avant leur envol », précisent nos confrères du Point.

Cette campagne de baguage avait été menée par la Tour du Valat, un institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes, alors que le flamant rose était une espèce menacée. « Avec plus de 60 000 individus répertoriés en 45 ans, notre base de données est unique en son genre dans le monde concernant les oiseaux d'eaux, et c'est un des plus longs suivis au monde sur les oiseaux », explique Jean Jalbert, directeur de l’institut.

Voilà donc près de quatre décennies que ces oiseaux sont observés par la Tour du Valat.

11 000 couples de flamants roses chaque année en Camargue

Crédit : balenabianca/ iStock

Parmi les flamants roses que les ornithologues ont l’habitude d’observer, AAR, qui fête ses 45 printemps cette année. « AAR, lui, a été vu en Camargue presque tous les ans depuis 1982, année de sa première reproduction. Vingt-huit d'entre eux ont été à nouveau observés cette année, tous en Camargue », selon Arnaud Béchet, directeur de recherche à la Tour du Valat.

L’oiseau, majestueux, de 2 mètres de haut et de 1,85 mètres d’envergure pèse 4,5 kilos. Cette année, d’après les observateurs de l’institut de la Tour du Valat, AAR a enfin été accepté comme reproducteur par une femelle. Mais pour l’instant, aucun œuf ni poussin n’a été remarqué dans le nid de l’animal.

D’après Arnaud Béchet, chaque année en Camargue, 11 000 couples de flamants roses viennent se reproduire. Une bonne nouvelle pour l’espèce, en « bon état de conservation » mais pas à l’abri des changements climatiques comme la montée des eaux.

Source : Le Point
Bouton whatsapp