Corée du Sud : 200 chiens destinés à être mangés découverts dans des conditions dramatiques par une ONG

7 584partages

Des images en provenance de Corée du Sud montrent les conditions exécrables dans lesquelles vivent des chiens destinés à l’abattoir.

Crédit : Lady Freethinker

Serrés les uns contre les autres, se retrouvant jusqu’à quatre canidés par cage, les chiens d’une ferme de Corée du Sud sont en piteux état.

C’est dans la ville de Namyangju, dans le Nord-Ouest du pays, que cette ferme est pointée du doigt. L’ONG Lady Freethinker et ses militants se battent depuis quelques temps pour tenter d’interdire la consommation de viande de chien en Corée du Sud.

Dans les images rapportées par l’ONG, on peut y découvrir des chiens entassés dans de petites cages et aux conditions de vie déplorables.

Présentée comme un centre de reproduction pour chiens, la « ferme de l’horreur », comme elle est surnommée par l’ONG, possède pas moins de 200 chiens. Tous sont destinés à l’abattoir puis à la consommation. En Corée du Sud, lorsqu’il fait très chaud, il est de coutume de consommer de la viande de chien dont la texture permettrait de se rafraîchir selon les coutumes locales. C’est pendant cette période de chaleur, appelée « Bok Nal » que l’ONG a mené son enquête.

La viande est ensuite vendue aux enchères à des prix mirobolants.

La ferme canine. Crédit : Lady Freethinker

Crédit : Lady Freethinker

17 000 fermes canines en Corée du Sud

Comme le rapporte justement le quotidien Le Soleil, 70% des Sud-Coréens ne mangent pas de viande de chien. En effet, la pratique n’est pas si répandue en Corée du Sud. La pression et les actions des ONG poussent les éleveurs à stopper cette activité. Une victoire en demie-teinte que Lady Freethinker aimerait emmener jusqu’au Parlement coréen.

« Il est choquant de voir que ces enchères de viande de chien se tiennent toujours, commente Nina Jacknal, présidente et fondatrice de Lady Freethinker. Les chiens souffrent de conditions inhumaines alors qu’ils sont élevés pour leur viande ».

Faute de réglementation concernant l’abattage des chiens en Corée, Lady Freethinker mène une campagne de front auprès de la population. Les taxis du pays sont par exemple recouverts du slogan « Les chiens ne sont pas de la nourriture mais font partie de la famille ».

Crédit : Lady Freethinker

Crédit : Lady Freethinker

« La majorité des Coréens ne mange pas de viande de chien, et nous appelons le gouvernement Sud-Coréen à mettre fin à ce commerce cruel et dépassé », ajoute Nina Jacknal. Selon une estimation, 40% des Coréens exigent l’interdiction de sa consommation.

En 2018, un projet de loi interdisant les 17 000 fermes canines de ce genre pour une consommation de viande de chien a été présenté au Parlement Sud-Coréen.

Source : CNews
Plus d'articles