Abandonné dans une « boîte à bébé » à Anvers, ce nourrisson nommé Finn est désormais sous la tutelle du maire

2 011partages

En Belgique, dans la commune d’Anvers, des boîtes à bébés sont installées pour permettre aux parents en difficulté d’abandonner leur bébé tout en restant anonymes. Les nouveau-nés sont alors recueillis par le maire de la ville.

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler des boîtes à bébés, mais elles existent pourtant dans onze pays d’Europe. En Allemagne, en Italie, en Suisse ou encore en Pologne, il est possible de trouver ces boîtes pas comme les autres, destinées à des parents en détresse qui ne peuvent pas s’occuper de leur nouveau-né.

Crédit photo : Adam Lederer / Flickr

Les boîtes à bébés permettent aux parents de se séparer de leur nouveau-né tout en restant anonymes, avec la garantie que l’enfant sera en sécurité. Ces boîtes sont présentes dans les hôpitaux, les mairies ou certains lieux fréquentés. Dans chaque boîte, on retrouve un lit autochauffant, une caméra et un signal d’alarme.

Un maire prend soin des bébés abandonnés

Ce système est notamment présent à Anvers, en Belgique. Depuis l’année 2000, 19 bébés ont été déposés dans les boîtes à bébés de la ville. Il y a quelques temps, un nouveau bébé a été abandonné et mis sous la protection du maire d’Anvers, Bart De Wever, qui est devenu son représentant légal.

Crédit photo : Bart De Wever

Sur sa page Facebook, l’élu a effectivement posté une photo de lui et d’un nourrisson, accompagnée du message suivant : « Il y a quelques temps, ce coquin a été placé dans la boîte à bébé. Malheureusement, la maman ne s’est toujours pas signalée. Mais si elle veut toujours le faire, elle reste la bienvenue. Pour l’instant, je suis le gardien de ce petit miracle. Mes filles l’ont appelé Finn. Et le petit Finn ne manquera de rien ».

Après avoir déposé leur bébé dans une boîte dédiée, les parents ont jusqu’à huit semaines pour changer d’avis et récupérer leur enfant. Dans chaque boîte, l’association à l’origine du projet dépose une pièce de puzzle, qui permet à la famille d’être identifiée si elle le souhaite.

Si personne ne vient chercher l’enfant après huit semaines, une procédure d’adoption classique est mise en place.

Plus d'articles
À lire aussi