L'humoriste Blanche Gardin refuse une décoration, accusant Macron de ne pas tenir ses promesses concernant les SDF

Par
7 097
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Blanche Gardin a refusé une décoration officielle émanant du ministère de la Culture, affichant sa désapprobation vis-à-vis de certaines orientations politiques choisies par le gouvernement, notamment concernant la situation des sans-abri.

À l’heure où de nombreuses voix s’élèvent en réclamant que des personnalités publiques utilisent leur notoriété pour faire passer des messages, le geste est suffisamment rare pour être souligné.

L’humoriste et actrice Blanche Gardin a ainsi refusé d’être nommée à l’ordre des arts et des lettres, critiquant part la même occasion l’action gouvernementale en matière de logement.

Dans un texte publié sur sa page Facebook officielle, celle qui est actuellement à l’affiche d’un spectacle au Théâtre de l’Européen justifie ce refus en rappelant le président de la République à ses devoirs, énumérant plusieurs mesures qu’elle juge défavorables aux sans-abri.

« Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses »

« Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue. », écrit-elle dans un premier temps, avant de s’adresser directement à Emmanuel Macron.

« En Juillet 2017, vous avez déclaré ‘La première bataille c’est de loger tout le monde dignement’ (…) Et, vous avez annoncé le lancement d’une politique du ‘logement d’abord’, qui a laissé planer l’espoir d’une plus grande attention portée aux personnes mal-logées », rappelle-t-elle ainsi, reprochant au chef de l’État d’avoir « baissé durablement les APL », « réduit les budgets des centres d’hébergement d’insertion pour les SDF », ou encore d’avoir « coupé une part importante des moyens dédiés à la construction de logements sociaux ».

Blanche Gardin poursuit en critiquant la suppression de l’ISF - l’une des mesures les plus controversées de ce début de quinquennat - qui, à ses yeux, a eu pour principale conséquence de « faire chuter les dons aux associations qui luttent en faveur des plus démunis ».

Très engagée dans la lutte contre le mal-logement, l’humoriste avait récemment fait le choix de reverser l’ensemble des bénéfices de l’un de ses spectacles au Zénith de Paris, à deux associations qui viennent en aide aux sans-abris : Les Enfants du canal et la Fondation Abbé Pierre.

Le gouvernement, par la voix de Julien Denormandie, a souhaité lui répondre, mettant en avant l’action menée depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

« Je lutte sans relâche, à tous les instants, contre l'exclusion sous toutes ses formes. Nous avons ouvert et pérennisé plus de 14 000 nouvelles places d'hébergement d'urgence, poursuit le ministre. Je ne m'en félicite pas, car cela traduit des tensions d'une intensité exceptionnelle. », a ainsi rétorqué le ministre du Logement dans un texte publié sur Twitter.

Sans-abris Logement Emmanuel macron
Commentaires