Cette robe connectée enregistre tous les contacts et montre l'ampleur du harcèlement que subissent les femmes au quotidien

1 415partages

Malgré l’explosion du mouvement #MeToo à travers le monde en 2017, trop de femmes doivent encore se justifier quant au harcèlement et rencontrent toujours des problèmes à faire comprendre ce qu’elles vivent au quotidien. Pour clarifier les choses, montrer qu’elles n’inventent rien et n’en rajoutent pas, l'agence de publicité brésilienne Ogilvy a créé une robe connectée qui enregistre chaque contact et pression qu’elle subit.

Publicité

Cette projet intitulé «Dress for Respecta permis de rapporter de manière objective et concrète la fameuse « main baladeuse » dont on entend très souvent parler à travers les témoignages, sans pour autant réussir à comprendre réellement ce que cela implique. Grâce à cette robe, il est désormais possible de quantifier la gravité et la fréquence de ce que les femmes subissent dans leur vie de tous les jours. En effet, le vêtement est rempli de capteurs et chaque contact à sa surface est envoyé par wifi à un ordinateur. Non seulement offre la possibilité de garder une trace (et donc une preuve) de ce qui se passe mais cela donne l’opportunité d’avoir une carte thermique précise de l'endroit et du moment des actes.

Une robe testée lors d’une fête au Brésil

Lorsque trois femmes ont porté cette même robe à une fête brésilienne, elles ont été touchées sans consentement 157 fois en moins de quatre heures (soit plus d'une fois toutes les cinq minutes par femme). Comme le montre la vidéo ci-dessous, cela s'est produit malgré le fait que les hommes concernés ont été invités à plusieurs reprises à s'arrêter.

Le génie de l'idée de « Dress for Respect » est de parvenir à faire comprendre à tous (mais surtout aux hommes) qu'une petite action est parfois capable d'avoir un impact immense. En ce sens, la vidéo peut faire changer les mœurs et fournir une tribune extraordinaire afin que le monde entier prenne conscience de ce fléau qui touche des millions de femmes à travers la planète.

Source : IFL Science
Plus d'articles