Champigny-sur-Marne : des policiers ont sauvé la vie d'un bébé de 6 mois victime d'un arrêt cardiaque

934partages

Ce dimanche 18 avril, des policiers sont intervenus pour aider une famille dont le bébé ne respirait plus. Grâce aux gestes de premiers secours prodigués par les policiers, l’enfant de 6 mois est sain et sauf.

À Champigny-sur-Marne, ce dimanche 18 avril au matin, une équipe de trois policiers s’est rendue dans une station de lavage afin de nettoyer sa voiture de fonction. Soudainement, ils ont été alertés par des cris provenant d’un immeuble voisin et ont pu entendre : « Bébé ne respire plus ! À l’aide ! ».

Immédiatement, les trois policiers ont rejoint l’immeuble et ont forcé la porte d’entrée du bâtiment, qui était verrouillée. Ils ont pu se rendre jusqu’à l’appartement où se trouvait le bébé, qui était très pâle mais parvenait encore à respirer.

Les policiers ont fait un massage cardiaque au bébé

Le petit garçon de 6 mois s’appelle Kenzo et est atteint du syndrome de Crouzon, une maladie rare qui déforme le crâne, les yeux et le visage. Quand les policiers sont arrivés, le petit était très pâle mais il respirait encore. Lorsqu’un policier a voulu mettre Kenzo en position latérale de sécurité, la respiration du nourrisson s’est totalement arrêtée et sa peau a commencé à devenir bleue.

‍‍UNITE SGP POLICE 94 félicite les effectifs de la TV941. Ceux là qui ont été requis ce jour au matin à...

Publiée par UNITE SGP POLICE 94 sur Dimanche 18 avril 2021

À ce moment, les policiers n’ont eu aucune hésitation et ont fait un massage cardiaque à l’enfant, à l’aide de deux doigts, pendant que le père lui faisait du bouche-à-bouche entre chaque massage. Les pompiers ont été alertés et ont pu guider les policiers le temps que les secours arrivent.

Enfin, les pompiers sont arrivés et le bébé a été placé sous oxygène. Il a pu retrouver une respiration normale et sa peau est redevenue rose. Kenzo a été emmené à l’hôpital et son pronostic vital n’est aujourd’hui plus engagé. Les médecins ont félicité les pompiers et ont affirmé que sans leur intervention, le petit n’aurait sans doute pas survécu.

Source : Le Parisien