Choupo-Moting, un héros aussi improbable qu'inattendu pour le PSG

Focus aujourd'hui sur Éric Maxim Choupo-Moting, l'homme providentiel qui a permis au PSG de remporter son quart de finale de C1.

C’est, à n’en pas douter, la belle histoire de la folle soirée européenne du PSG !

Publicité

Ça n’aura échappé à personne, le club parisien s’est qualifié mercredi soir pour le dernier carré de la Ligue des champions, en s’imposant au bout du suspense 2-1 face à l’Atalanta Bergame, à Lisbonne (Portugal).

Une demi-finale que le Paris Saint-Germain attendait depuis... 1995.

Une qualification qui porte non pas le sceau de Neymar (très bon par ailleurs hier soir) ou encore de Mbappé mais bien celui de… Choupo-Moting.

Éric Maxim Choupo-Moting, le héros d'un soir

L’international camerounais aux faux airs de Shemar Moore (Derek Morgan dans « Criminal Minds ») est en effet sur toutes les lèvres des supporteurs parisiens aujourd’hui et son nom apparaît partout, au point d’être en top trending sur Twitter.

Pourquoi ? Tout simplement car le longiligne attaquant, âgé de 31 ans, a changé le cours du match hier soir après son entrée en jeu, devenant par la même occasion le héros inattendu de cette qualification historique.

Déjà à l’origine du but de l’égalisation à la 90e minute grâce à une ouverture impeccable qui a permis à Neymar de servir Marquinhos, « Choupo » - comme le surnomment affectueusement ses coéquipiers - a ensuite arraché le but de la victoire en se jetant pour reprendre un centre en retrait de Mbappé, 2 minutes plus tard.

Une belle revanche pour un joueur attachant, mais très souvent sujet de moqueries en raison de qualités jugées peu en adéquation avec les standards du club de la capitale.

Il faut dire qu’au milieu de la kyrielle de stars du vestiaire parisien, Éric Maxim Choupo-Moting fait un peu tâche à première vue, sans faire injure à son talent.

C’est pourtant oublié que le natif de Hambourg est loin d’être un peintre. Pas si maladroit techniquement, puissant et très bon pivot, il possède un style de jeu très comparable à celui d’Olivier Giroud, la finition en moins.

Formé en Allemagne, pays où il est né et pour lequel il a joué dans les équipes de jeunes avant de choisir la sélection du Cameroun (55 sélections, 15 buts) dont il est originaire, Choupo-Moting avait réalisé une carrière honnête et connu cinq clubs (Hambourg, Nuremberg, Mayence, Schalke 04 et Stoke City), avant de rejoindre Paris et la Ligue 1 en 2018.

Pas épargné par les critiques depuis son arrivée - surtout après l’épisode de l’invraisemblable raté contre Strasbourg en avril dernier, lors duquel il avait maladroitement privé son camarade Nkunku d’un but tout fait - le capitaine des Lions indomptables revient de loin, d’autant qu’il n’aurait, en théorie, pas dû être présent dans le groupe parisien pour ce quart de finale.

En effet, sa présence à Lisbonne est surtout due au départ d’Edinson Cavani, meilleur buteur de l’histoire du club qui a refusé de prolonger l’aventure et de participer à la fin de cette Ligue des champions inédite, dont le format a été raccourci après son report, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Retiré de la liste pour la C1 en janvier dernier, Choupo-Moting avait ainsi réintégré l’effectif européen du PSG, dans la foulée du départ de l’Uruguayen, après avoir prolongé son bail de deux mois, alors qu’il était en fin de contrat et que le club ne souhaitait pas le conserver.

Un supplément qu’il n’attendait probablement pas et qu’il a parfaitement su exploiter pour devenir, le temps d’une soirée, le nouveau héros des rouges et bleus.

Sa prestation a d’ailleurs été saluée par son entraîneur Thomas Tuchel (qui avait insisté en 2018 pour le faire venir au club) ainsi que tous ses coéquipiers, à commencer par Neymar, désigné homme du match par l’UEFA, lequel lui a remis sa récompense.

« Quand je suis entré en jeu, le coach (Thomas Tuchel) m'a dit de tout donner. J'ai eu confiance en moi et en toute l'équipe. On n'a jamais perdu l'espoir de revenir. Personnellement, j'ai tout donné », a raconté l'intéressé, en conférence de presse d'après-match.

« On ne pouvait pas rentrer à Paris comme ça, avec une telle équipe... Je me suis dit que tout est possible dans la vie, que chaque match a son histoire. Je suis très content que ça ait marché comme ça. (...) Je suis très content de vivre ces émotions. C'est difficile de décrire ce que je ressens, c'est une histoire très spéciale », a-t-il encore ajouté, non sans une certaine émotion.

Il n'y a en effet pas d'autre mot !

Plus d'articles