Corrèze : après avoir refusé d'euthanasier son sanglier, une femme sera jugée pour détention d'un animal sauvage

7 936partages

En Corrèze, les propriétaires du sanglier Maurice, menacé d’euthanasie par la justice, se battent pour la survie de leur animal.

Il y a cinq ans, Sylvia Bachellerie et son compagnon, un couple originaire de Corrèze, ont recueilli dans leur jardin un sanglier répondant au nom de Maurice. Aujourd’hui, le mammifère est menacé d’euthanasie.

Cette décision de la justice repose sur une loi interdisant aux particuliers de détenir un animal sauvage chez soi, comme c’est le cas de Maurice. Au printemps dernier, les propriétaires du sanglier avaient obtenu un sursis en raison de la crise sanitaire.

Crédit Photo : Facebook/«Sauvez Maurice»

Ce jeudi 18 novembre, le couple a été convoqué au tribunal de Tulle pour une composition pénale. Il s’agit d’une audience où le procureur de la République propose une sanction à l’auteur des faits pour éviter un procès.

Un procès en avril 2021

Suite à cette convocation, aucun accord entre les différentes parties n’a été trouvé. En effet, la justice réclame l’abattage du mammifère ainsi qu'une amende de 100 euros. De son côté, Sylvia Bachellerie refuse d’euthanasier son sanglier qu’elle considère comme un membre de sa famille.

Par conséquent, le tribunal a renvoyé son dossier en correctionnelle. La Corrèzoise et son époux seront jugés au cours d’une audience correctionnelle en avril 2021 : « Il va passer un Noël de plus avec nous. On va pouvoir dormir tranquille », a indiqué Sylvia Bachellerie à nos confrères de France Bleu.

Crédit Photo : Facebook/«Sauvez Maurice»

Cette dernière a créé une page Facebook « Sauvez Maurice » où elle explique pourquoi elle a adopté l’animal : « Nous l'avons nourri au biberon et élevé. Pris d'affection, nous avons pris la décision de le garder et de lui construire un joli enclos pour qu'il ait son endroit à lui », explique-t-elle.

Avant d’ajouter : « Mais au bout de cinq ans, nous avons été dénoncés et en vertu de la loi, on nous demande de lui trouver un endroit conforme ou de mettre fin à sa vie. Nous souhaitons le garder car pour nous, il fait partie de la famille ».

Une pétition lancée par le couple a dépassé les 160 000 signatures.

Crédit Photo : Facebook/«Sauvez Maurice»

Source : France bleu
Plus d'articles