Covid-19 : déplacements autorisés pour l'adoption d'animaux dans les refuges de la SPA

6 057partages

À partir de jeudi, il sera désormais autorisé de se rendre dans un refuge de la SPA pour adopter des animaux de compagnie. Des « règles strictes » devront être respectées. Cette décision vise à libérer les refuges et les fourrières et éviter ainsi l’euthanasie de milliers d’animaux.

Depuis le début de la pandémie du Covid-19 et du confinement, de nombreux refuges pour animaux ont dû fermer leurs portes. De ce fait, les Français ne pouvaient plus sortir pour adopter des animaux de compagnie. Le 6 avril dernier, La SPA avait tiré la sonnette d’alarme sur la saturation des refuges  .À cause de cette situation, des milliers d’animaux étaient susceptibles d’être euthanasiés.

Crédit Photo : Shutterstock Monika Chodak

Inquiète pour le sort de ses pensionnaires, la SPA avait réclamé au gouvernement une dérogation pour que les gens puissent venir adopter les animaux : « On compte 5.000 animaux dans nos refuges pour une capacité de 6.800. Il nous reste 1.800 places ce qui correspond à 15 jours d’activité », avait indiqué Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA.

 Crédit Photo : Shutterstock Eudyptula

Aujourd’hui, le gouvernement a entendu l’appel de la SPA. En effet, à partir de jeudi prochain, il sera maintenant possible de se rendre dans un refuge de la SPA pour adopter un chat ou un chien :  « Il a été décidé qu'une tolérance sera accordée concernant les déplacements pour l'adoption d'animaux en refuge », a annoncé, samedi dernier le ministère de l'Intérieur.

Pour ce faire, le futur adoptant devra se munir de deux attestations : une attestation délivrée par le refuge et une attestation de déplacement dérogatoire pour «motif familial impérieux». Le candidat à l'adoption devra se déplacer seul. L’animal devra d’abord être choisi sur le site Internet de la SPA. Après confirmation de l’adoption, un rendez-vous individuel sera fixé avec le refuge concerné. 

 Crédit Photo : SPA


« On est passé à côté de la catastrophe car on aurait été à saturation dans les jours qui viennent et les fourrières auraient été obligées d'euthanasier les chiens et les chats », a affirmé Jacques-Charles Fombonne.

Source : France 3
Plus d'articles