En Chine, des traces du coronavirus ont été détectées sur du poulet brésilien

625partages

En Chine, des traces de coronavirus ont été retrouvées sur des morceaux de poulets congelés importés du Brésil.

Mardi, au cours d’un contrôle de routine sur du poulet importé du Brésil, la Chine a détecté la présence du coronavirus sur des ailes congelées.

Publicité

Les autorités chinoises affirment avoir « immédiatement » procédé au dépistage des employés ayant été en contact avec les produits contaminés. Leurs proches étaient également concernés.

Crédit Photo : AFP

Dans un communiqué publié ce jeudi, la mairie de la métropole de Shenzhen, située au sud-est du pays, assure que les tests se sont tous avérés négatifs.

La contamination du poulet brésilien, premier producteur mondial, pourrait provoquer une nouvelle chute du chiffre d'affaires de ce produit sur le marché chinois.

Des traces découvertes sur des emballages de crevettes

Ce n’est pas la première fois que l’empire du Milieu retrouve des traces du virus sur des emballages de nourriture.

En effet, le coronavirus a été découvert sur plusieurs emballages de crevettes en provenance d’Équateur à Wuhu. Les paquets étaient stockés dans le congélateur d'un restaurant de la ville.

Crédit Photo : Unsplash

À deux reprises, depuis le début du mois de juillet, la Chine a ainsi détecté des traces du virus sur des paquets de crevettes équatoriennes.

Au mois de juin, le marché de gros de Xinfadi à Pékin avait d'ailleurs fermé ses portes suite à l’apparition d’un foyer épidémique concernant plusieurs centaines de personnes. Les experts ont trouvé des traces de virus sur une planche à découper du saumon d’importation.

Notons que le Covid-19 est une maladie respiratoire et rien ne permet d'affirmer, pour l’instant, qu’elle puisse se transmettre via l’ingestion de produits contaminés.

En Europe et aux États-Unis, des foyers de contamination sont apparus depuis le début de la pandémie.

Pour le moment, les experts peinent à découvrir les raisons de ces contaminations mais la promiscuité, les conditions de froid et la ventilation propres à ces usines pourraient en être les causes.

Source : LCI
Plus d'articles