Dans le Haut-Rhin, une mère et sa fille offrent un nouveau foyer à des chevaux promis à l'abattoir

619partages

Dans le Haut-Rhin, une mère et sa fille s’évertuent à sauver des chevaux de l’abattoir et des propriétaires négligents.

Pascale et Carla Peter forment un duo de choc.

Depuis 2018, cette mère et sa fille sont à la tête d’une association baptisée Animal’s Dream. Ensemble, elles sauvent des chevaux destinés à la boucherie ou victimes de négligence.

Elles recueillent les équidés dans leur ferme située à Sainte-Croix-en-Plaine (Haut-Rhin). Aujourd’hui, leur domaine abrite une vingtaine d’animaux.

Crédit Photo : Animal’s Dream

Cette aventure a commencé il y a deux ans lorsque Pascale et Carla ont secouru une jument blessée de l’abattoir : « De sauvage, elle est devenue confiante et docile. On l’a récupéré de loin, c’est un peu la mascotte de l’association », a indiqué Carla au site d’information Actu.fr.

Les chevaux ont besoin de temps pour guérir

La jeune fille et sa mère ont également recueilli une ancienne star du cirque victime d’une lourde fracture. L’animal a échappé de peu à l’euthanasie grâce à l’association :

« Parfois, nos chevaux sont blessés, ils ont des tendinites ou ils sont abîmés par leur travail. Pour nous, ça n’a pas de sens. Nous avons choisi de le soigner. Il pourra remarcher un jour, mais pour l’heure ça nécessite des soins intensifs », a expliqué la jeune femme.

Cette dernière est aux petits soins avec ses pensionnaires : elle change les pansements, réalise des soins de shiatsu et veille au travail de monte avec les chevaux. En parallèle, elle gère également la communication du centre.

Crédit Photo : Animal’s Dream / Facebook

De son côté, Pascale Peter, présidente de l’association, se charge des soins quotidiens et de l’administratif. La mère et la fille peuvent compter sur l’aide d’une vingtaine de bénévoles.

Animal’s Dream s’en sort grâce à la demi-pension, les revenus des balades, la saisie de mâles non castrés ou encore les locations de chevaux. L’argent récolté sert à financer les soins des animaux plus âgés.

« Nous ne nous séparons pas des chevaux mais nous pouvons les louer sur de longues durées ».

Source : Actu.fr