« Comment ce pays si riche... », l'acteur Vincent Lindon propose une taxe Jean Valjean pour aider les plus pauvres

8 428partages

Dans une vidéo enregistrée et publiée par le site de Mediapart, le comédien Vincent Lindon démonte le gouvernement et Emmanuel Macron. Dans son réquisitoire, l’acteur propose d’instaurer la taxe « Jean Valjean ». Cet impôt permettrait d’aider les foyers les plus pauvres.

Crédit Photo : Shutterstock Andrea Raffin

« Mais comment avons-nous pu en arriver là ? ». Dans sa tribune intitulée « Comment ce pays si riche… », l’acteur Vincent Lindon ne mâche pas ses mots envers le quinquennat d’Emmanuel Macron et de sa gestion de la crise sanitaire :

« Comment ce pays si riche, la France, sixième économie du monde, a-t-il pu désosser ses hôpitaux jusqu’a devoir, pour éviter l’engorgement des services de réanimation, se résigner à cette seule solution moyenâgeuse : le confinement ? »

Très remonté, Vincent Lindon pointe également du doigt les manquements du gouvernement à l’égard des citoyens les plus démunis :

« Les inégalités ont explosé avec la pandémie. Confinés dans des logements exigus ou contraints d'affronter les périls, les plus fragiles vivent des jours terriblement difficiles. Et leurs lendemains ne chantent pas. Après la crise sanitaire, ils seront sûrement les premières victimes de l'inévitable catastrophe économique et sociale ».

Dans son texte, l’acteur appelle les plus riches à contribuer à leur tour avec notamment la création de la taxe « Jean Valjean. ». Pour rappel, Jean Valjean est le personnage principal du roman « Les Misérables » écrit par Victor Hugo.

 Crédit Photo :  Capture d'écran

La taxe serait conçue « comme une forme d'assistance à personnes en danger, financée par les patrimoines français de plus de 10 millions d'euros, sans acrobaties, à travers une taxe progressive de 1% à 5%, avec une franchise pour les premiers 10 millions d’euros », détaille Vincent Lindon.

D’après l’acteur, l’État serait parfaitement en mesure d’avancer l’argent. De ce fait, cela permettrait de redistribuer 2000 euros aux familles les plus précaires :

« D'après les économistes que j'ai pris soin de consulter, cette contribution devrait représenter environ 36 à 37 milliards d'euros, qui seront distribués aux quelque 21,4 millions de foyers trop pauvres pour être assujettis à l'impôt sur le revenu ».

Dans son texte, l’acteur aborde d’autres sujets polémiques : « Acte 1 : réouverture des crèches et des écoles primaires. Curieux puisqu'elles avaient été les premières à être fermées, avant même le début du confinement, au motif qu'elles étaient un lieu hautement favorable à la propagation du virus ».

Impitoyable, Vincent Lindon reproche à Emmanuel Macron d’avoir autorisé les Français à voter malgré le Covid-19 : « Alors que l'épidémie progresse, se faisant pandémie, le pouvoir s'affole, s'agite comme un poulet sans tête. Sur quoi s'interroge l'exécutif aux premiers jours de mars ? Mais sur le maintien des municipales, bien sûr ! La veille du premier tour, le premier ministre joue les contorsionnistes, invitant les Français à rester chez eux, mais, en même temps, à aller voter ».

Brillant et poignant, le discours rédigé par Vincent Lindon a déjà été visionné près de 2 millions de fois.

Source : Mediapart
Plus d'articles