Déconfinés, des Français se sont précipités au Perthus pour acheter du tabac et de l'alcool

46Kpartages

Les images montrant des Français déconfinés se ruant au village frontière du Perthus ce lundi, pour y acheter de l'alcool et du tabac, ont suscité moquerie et indignation.

Libérés, délivrés !

Pour des millions de Français, le lundi 11 mai était synonyme de « liberté », marquant ainsi la fin de 55 jours d’un confinement éprouvant mais manifestement nécessaire à la lutte contre l’épidémie de coronavirus.

Si beaucoup ont opté pour la sobriété d’une balade à l’air libre ou pour des retrouvailles chaleureuses en famille, d’autres ont en revanche voulu rattraper le temps perdu, au mépris parfois des recommandations sanitaires d’usage.

En effet pour certains, la tentation de renouer avec une vie est des habitudes « normales » était trop forte, donnant lieu ainsi à des scènes de regroupements tant redoutées par ceux qui craignent une deuxième vague encore plus sévère.

Les images d’attroupements de badauds venus en masse sur les quais de Paris par exemple, nécessitant l’intervention de la police, ont quelque peu choqué l’opinion.

Même chose au… Perthus !

Ce petit village des Pyrénées-Orientales, qui présente la particularité de se trouver à cheval sur la frontière franco-espagnole, a en effet vu de nombreux Français, désireux de faire les magasins, débarquer aux premières heures du déconfinement.

Réputée pour être un endroit où les produits de consommations sont détaxés - attirant ainsi une clientèle des deux côtés de la frontière toute l’année - la petite ville n’avait cependant rarement vu autant de monde dans les rues.

L’artère commerçante principale a ainsi été envahie par des Français qui se sont rués dans les boutiques pour acheter notamment de l’alcool et du tabac, vendus moins cher qu’ailleurs.

Les images des interminables files d’attente devant les magasins, où les gestes barrières n’étaient pas ou peu respectés, ont fait le tour des réseaux sociaux, provoquant l’ire de certains internautes.

Pour rappel, les frontières entre la France et ses voisins, mais aussi les autres pays de l’espace Schengen, restent fermées en théorie.

Plus d'articles