Cet animal marin flippant est un véritable alien des profondeurs océaniques

Certaines espèces sont si rares qu’elles sont presque inconnues de l’Homme. Il n’est donc pas étonnant que vous n’ayez jamais entendu parler du calamar à longs bras. Et pour cause, il vit dans les abysses et apparaît comme un alien aux yeux de la communauté scientifique.

Crédit : World Ocean Day / Twitter

À voir aussi

Pourquoi ? Tout d’abord car l’animal, aussi appelé calamar araignée, a été observé pour la première fois vivant dans les années 1990 par des sous-marins appartenants à des missions d’exploration et de recherche autonomes.

Avant cette rencontre extraordinaire, l’espèce avait été découverte seulement grâce à des individus échoués ou à la capture de juvéniles. Ces informations permettent d’expliquer pourquoi aujourd’hui encore, le comportement et la répartition géographique du calamar à longs bras restent en grande partie des mystères.

Une information pas vraiment étonnante quand on sait que le fond des océans est moins bien connu que la surface de la lune.

Cependant, en 2007, une équipe de scientifiques est enfin parvenue a filmé un individu de très près. La scène s’est déroulée à plus de deux kilomètres sous la surface, dans le golfe du Mexique.

Dans la foulée, les progrès technologiques significatifs concernant le matériel d’exploration et l’augmentation du temps de présence dans les abysses océaniques ont permis de croiser à nouveau le céphalopode qui ne ressemble à pas grand-chose d'autre et qui fait office d'alien.

L’année dernière, par exemple, 5 spécimens de l’espèce ont été observés dans leur milieu naturel, au large des côtes australiennes. C’était la première fois qu’un groupe de calamars à longs bras a été vu dans un même lieu.

Un calamar à l’apparence inédite

Que ce soit en raison de son apparence unique ou de son extrême rareté, chaque rencontre avec un calamar araignée provoque une véritable excitation dans la communauté scientifique. En effet, l’animal est notamment caractérisé par, comme son nom l’indique, de long bras pouvant faire jusqu’à 20 fois la longueur de son corps.

Ces derniers offrent la possibilité au céphalopode de nager à la verticale et de se stabiliser en maintenant ses tentacules pliés à 90 degrés vers le fond de l’océan. On sait également que le manteau de l’espèce est de couleur marron.

Impressionnant, n’est-ce pas ?

Source : Futura-Science