Brésil : Greenpeace érige une statue de Bolsonaro sur les terres incendiées

573partages

Des militants de l'association Greenpeace ont érigé une statue de Jair Bolsonaro sur les terres incendiées du Brésil, afin de dénoncer l'inaction du président brésilien face à la catastrophe environnementale.

Ce jeudi 8 octobre, une nouvelle statue a fait son apparition au Brésil !

Montée par Greenpeace, elle représente Jair Bolsonaro, président du Brésil, accusé par l'ONG environnementale de ne pas avoir anticipé l'épisode de sécheresse qui s'est abattu sur le pays, provoquant des incendies dévastateurs l'été dernier.

Jugé responsable de cette catastrophe, il n'est pas intervenu alors que les terres brûlaient.

Bolsonaro en empereur romain

Sur la statue de 4 mètres de haut, le président a des allures d'un empereur romain puisqu'il possède une couronne de lauriers sur la tête. Avec une harpe dorée dans la main gauche, il représente l'empereur Néron, qui aurait brûlé Rome.

Crédit photo : Greenpeace Brésil

Son bras gauche est quant à lui levé, comme s'il donnait un ordre. Enfin, la statue porte une tunique avec des motifs de jaguar, le félin le plus touché par les incendies.

Plus de 12% de la région détruite

La statue a été érigée sur les terres du Pantanal, une zone à cheval entre le Brésil, le Paraguay et la Bolivie. Elle abrite de rares animaux, dont beaucoup sont morts dans les flammes. Depuis janvier 2020, plus de 12% de la région a été détruite.

« Avec cette action, nous ne voulons pas attirer l'attention uniquement sur la destruction sans précédent du patrimoine environnemental des Brésiliens, mais en souligner les causes et les responsables », a affirmé Tica Minami, directrice de programme chez Greenpeace Brésil.

Crédit photo : Toa55 / Shutterstock

Les incendies ont été provoqués par la sécheresse, mais ces terres subissent également les effets de la déforestation.

« Les chiffres de la déforestation demeurent très élevés et inacceptables. En septembre, une surface équivalente à deux terrains de football a été déboisée toutes les minutes », a ainsi rappelé Marcio Astrini, le secrétaire exécutif de l'ONG Observatoire du climat.

Source : Greenpeace Brasil
Plus d'articles
À lire aussi