Profitant du confinement des humains, des tortues de mer sont nées sur une plage déserte du Brésil

30Kpartages

Des centaines de tortues ont éclos, le 22 mars dernier, sur une plage déserte du nord-est du Brésil. Ce spectacle a été immortalisé par des employés gouvernementaux.

Magique ! Le 22 mars dernier, près d’une centaine de tortues de mer a vu le jour sur une plage brésilienne située à Paulista. Pour la première fois, la naissance de ces tortues s’est déroulée sans spectateurs. En temps normal, cet événement impressionnant attire de nombreux touristes sur les plages. Ces derniers n’hésitent pas à enfreindre les règles de protection de la nature pour se rapprocher des tortues.

 Crédit Photo : Paulista City Hall

Cette fois-ci, les petites créatures avaient pour seule compagnie des employés du gouver­ne­ment. En effet, afin d’éviter la propagation du coronavirus, les habitants de la ville n’ont plus le droit se rassem­bler sur la côte depuis le 21 mars. De ce fait, les employés ont profité de leur chance pour photographier ce moment magique.

Sur les clichés, les adorables reptiles glissent sur le sable de la plage pour aller rejoindre les vagues de l’At­lan­tique. En effet, une fois libérée de sa coquille, la tortue de mer se précipite vers l’océan. Elle reviendra sur la plage quelques années plus tard pour pondre ses œufs.

« C'est vraiment beau puisque vous pouvez voir l'instant exact quand elles sortent des œufs, et regarder leur petite marche le long de la plage », a expliqué au Guardian Roberto Couto, secrétaire à l'Environnement de Paulista.

Sur la totalité des tortues recensées sur la plage, 97 tortues font partie de l'espèce des « tortues imbriquées ».

 Crédit Photo: Pixabay

Également appelée tortue à écailles ou tortue à bec de faucon, la tortue imbriquée peut mesurer jusqu’à 110 cm de long et peser 85 kg. Elle se nourrit principalement de feuilles, de plantes, de mollusques et de crustacés.

D’après la WWF, la tortue imbriquée est considérée comme une espèce en danger critique d’extinction.

Source : The Guardian
Plus d'articles