Des jumeaux de l'espèce de singe la plus menacée du monde sont nés en Normandie

Le 11 avril dernier, les employés du parc zoologique de Biotropica ont assisté à une scène très rare en accueillant deux bébés singes d’une espèce largement menacée : le tamarin pinché.

Crédit : Laëtitia Lassalle

C’est un secret pour personne : de nombreuses espèces animales sont en train de s’éteindre aux quatre coins du monde. Chez les singes, le tamarin pinché est malheureusement l’une d’entre elles. En effet, on estime qu’il n’en resterait que 2 000 à l’état sauvage sur la planète.

Originaire d’Amérique du Sud, ce petit primate est facilement reconnaissable grâce à la crête de poils blancs entourant sa tête et qui ressemble à une crinière de coton. Depuis plusieurs années, l’espèce est classée en danger critique d’extinction par la liste rouge de l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN).

Heureusement, il arrive de temps en temps que des bonnes nouvelles viennent apporter un peu de gaieté dans ce constat alarmant. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé au parc zoologique de Biotropica, situé tout proche de la ville de Val-de-Reuil, dans l'Eure.

Le 11 avril dernier, alors que Sarah Donenville, soigneuse animalière, effectue sa tournée matinale pour nourrir les animaux et elle remarque que la femelle tamarin pinché porte sur son dos deux bébés.

Imaginez un peu sa surprise en découvrant les deux petites boules de poils. Rapidement, la nouvelle des naissances fait le tour du parc. « C’était vraiment magique ! Évidemment nous savions que la femelle était gestante. Mais nous ne connaissions pas la date de naissance à l’avance. Alors c’est toujours merveilleux d’arriver un matin et de découvrir des bébés. D’autant plus chez les tamarins pinchés. Ce sont nos premiers bébés pour cette espèce » a-t-elle raconté à nos confrères de France 3 Normandie.

Crédit : Laëtitia Lassalle

« Les individus de ce couple n’étaient pas vraiment des candidats idéaux pour la reproduction. Du fait d’une part de leur âge déjà avancé : 10 ans pour le mâle, 6 ans pour la femelle. Et puis surtout du fait de l’histoire du mâle. Celui-ci est le dernier petit de sa famille, il n’a donc jamais participé à l’élevage et au portage de ses frères et sœurs. Nous ne savions pas comment il allait réagir à la vue des bébés. Nous sommes désormais rassurés, il prend son rôle à cœur. Les jumeaux sont donc venus agrandir la famille. Les jumeaux c’est la norme chez les petits singes tels que les Tamarins et les Ouistitis. Il peut également n’y avoir qu’un petit dans 20% des cas et 3 petits dans 2% seulement des naissances » explique François Huyghe, vétérinaire et directeur du parc.

À noter que les bébés devraient rester accrochés sur le dos de leur maman jusqu’à l’âge de 4 mois.

Une espèce parmi les plus menacées de la planète

La population sauvage mondiale de tamarins pinchés a commencé a chuté de manière significative dans les années 1970 lorsque près de 40 000 d’entre eux ont été capturés pour être envoyés aux États-Unis afin de faire office de cobayes pour la recherche médicale.

Ils ont notamment servi dans les études sur cancers colorectaux appelés adénocarcinomes coliques, une maladie que les tamarins pinchés développent souvent.

Aujourd’hui encore, plus de 50 ans après les faits, l’espèce est toujours particulièrement menacée, principalement en raison de la déforestation à des fins d’agriculture ou d’exploitation de bois. En conséquence, son nombre d’individus dans la nature baisse.

Crédit : Laëtitia Lassalle

Cela fait chaud au cœur n’est-ce pas ?

Plus d'articles
À lire aussi