Pour sa première sortie post-confinement, cette femme fête ses 100 ans dans.. les airs !

2 628partages

Pour son centième anniversaire, une femme s’est offert un cadeau qui décoiffe : un vol à bord d’un avion privé !

Crédit Photo : DR

Publicité

Paulette Jousseau est une mamie qui déchire !

Originaire de Plessé, commune située dans le département de la Loire-Atlantique, Paulette a décidé de fêter son 100ème anniversaire (et sa première sortie post-confinement) à bord d’un…avion privé !

« Il faisait un temps superbe, c’était merveilleux » !

Comme le rapportent nos confrères de Ouest France, c’est Gilles Bertrand, ancien pilote de chasse, qui s’est occupé d’organiser la sortie dans les airs de la centenaire.

Ce n’est pas la première fois que Paulette Jousseau survole le ciel. Elle avait déjà tenté l’expérience 5 ans plus tôt pour célébrer son 95ème anniversaire, toujours accompagnée de Gilles Bertrand.

Conquise, Paulette n’avait qu’une seule envie : recommencer ! Et son souhait s’est réalisé le 8 juin dernier : « C’était noté dans mon agenda. Je suis allée la voir samedi, elle attendait mon passage et se préparait déjà pour le jour J, ce lundi (8 juin) », a confié le pilote à Ouest France.

Crédit Photo : DR

Son deuxième vol s’est déroulé à bord du biplace Pioneer 300, filant à 250 km/h. Depuis son siège, la centenaire s’est extasiée devant la vue incroyable offerte sous ses yeux :

« Il faisait un temps superbe, c’était merveilleux ! On a vu la Vilaine qui fait comme un serpent. Et quelles couleurs ! Quand on est sur la terre, on ne peut pas s’imaginer que c’est aussi beau depuis le ciel ».

Crédit Photo : DR

Il y a cinq ans, Paulette avait éprouvé certaines difficultés à monter dans l’avion. Cette fois-ci, tout était prévu pour éviter de fatiguer la vieille dame.

Harnachée au bout d’un palan, la centenaire a pu être introduite puis extraite du cockpit très facilement. : « On m’a montée avec une grue, je ne sais pas comment ils ont fait ! On a bien rigolé », a-t-elle raconté, ravie.

Crédit Photo : DR

Aujourd’hui, Paulette rêve de recommencer : « L’année prochaine ? On ne sait jamais. J’aime encore la vie et je ne demande pas à foutre le camp ! »

Source : Ouest France
Plus d'articles