En France, un enfant disparaît toutes les 10 minutes

19Kpartages

Ce lundi 25 mai, c’est la journée internationale des enfants disparus. L’occasion de sensibiliser la population sur un phénomène beaucoup plus inquiétant qu’on ne le pense tant les chiffres donnent le vertige.

En France, un enfant disparaît toutes les 10 minutes. Crédit photo : Shutterstock / Ann in the uk

La comptabilité des services de police et de gendarmerie a dressé un tableau, relayé par Le Parisien, qui fait froid dans le dos. Ce sont 51 000 signalisations d’enfants disparus qui ont été enregistrées sur l’année 2019, soit une disparition toutes les 10 minutes !

Pour tempérer ce chiffre énorme, la majorité de ces disparitions aboutissent à une fin rassurante car l’enfant ou l’adolescent est retrouvé sain et sauf, ou revient de lui-même. Cependant, il y en a des milliers qui restent toujours introuvables.

Les raisons de ces disparitions sont multiples avec notamment la fugue et l’enlèvement par l’un des parents dans un contexte de séparation. Dans une partie des cas également, la raison de la disparition n’est pas connue.

La journée internationale des enfants disparus rappelle donc qu’un numéro gratuit et européen, le 116 000, est réservé aux familles et proches d’enfants disparus.

« Grâce à ce dispositif, nous pouvons offrir un accompagnement, une prise en charge, un suivi des parents » explique Laureen Burbau, directrice de la communication de Droit d’enfance, la fondation qui coordonne ce numéro d’urgence.

Le plus gros volume de ces disparitions est alloué aux fugues qui représentent 50 000 cas : « Un tiers de ces jeunes revient ou est retrouvé dans les 72 heures, un deuxième tiers dans le premier trimestre suivant la disparition, mais un dernier tiers reste en quelque sort en errance ».

Des milliers de fugueurs parmi lesquels certains deviennent majeurs et sortent alors du Fichier des personnes recherchées. En effet, à l’âge de 18 ans, une personne s’octroie le droit de disparaître sans donner de nouvelles. Plus de 18 000 personnes parmi ces disparus ont moins de 15 ans.

Le Parisien

« Un mineur qui disparaît est toujours en danger » avertit Laureen Burbau. En effet, un adolescent en fugue peut tomber sur les mauvaises personnes et tomber dans la drogue ou la prostitution.

Ainsi, le 116 000 tombe à point nommé pour toues les familles des enfants disparus, qui peuvent s’adresser à une oreille réconfortante : « Les parents ont besoin de parler et c’est un des rares endroits où nous sommes là pour entendre, sans juger, et bien sûr pour les aider. Et comprendre qu’au-delà des chiffres déjà glaçants, ce sont chaque année des milliers de mineurs qui ne donnent plus signe de vie ».

Source : Le Parisien
Plus d'articles