« On lui a rendu ses affaires » : la mairie de Boutigny-sur-Essonne renvoie les déchets d'un homme dans son jardin

31Kpartages

À Boutigny-sur-Essonne, un homme a jeté de nombreux déchets dans la nature, près d'une commune. Devant cet acte, la mairie a décidé de les lui rendre, en les jetant dans son jardin.

Des sacs de gravats, un four micro-onde, du gros électroménagers... Voici les déchets qui ont été retrouvés près de Boutigny-sur-Essonne. Ils ont été déposés sur le bas-côté de la route, en pleine nature, aux abords de la commune.

Crédit photo : @boutigny91

Ce n'est pas la première fois que ce genre d'événement se produit, puisque des déchets sont retrouvés environ une fois par semaine sur cette route.

« C'est un lieu isolé dans les bois et accessible par la route, donc propice à ce genre de dépôts imposants », a affirmé Patricia Bergdolt, la maire de la commune.

Le responsable a été identifié

Immédiatement, Patricia Bergdolt est arrivée sur place. Les déchets ont été fouillés et examinés afin de retrouver l'auteur du dépôt sauvage.

« Vous savez, dans nos petites communes où l'on n'a pas de police municipale, on joue ce rôle d'officier de police judiciaire. Dans les effets personnels, j'ai trouvé un nom et une adresse sur un abonnement de journal », a déclaré l'élue.

L'homme a donc tout de suite été identifié et les services de la ville se sont empressés de ramasser les déchets pour les jeter par-dessus son portail.

Les déchets ont été jetés dans son jardin

Comme il était absent, l'homme aura la surprise de découvrir ses déchets dans son jardin, à son retour. Il pourra pas se retourner contre la municipalité puisque cette dernière a porté plainte pour dépôt sauvage. Le malpropre est donc pleinement en tord et risque une amende de 1 500 euros.

Crédit photo : @boutigny91 

« Il devra également payer les frais engagés par la collectivité pour ramasser ses déchets. En encore, comme on lui a rendu, je lui évite ceux de la location de la benne. Que ça serve d'exemple ! » a conclu Patricia Bergdolt.

Source : Le Parisien
Plus d'articles
À lire aussi