Il emprunte 200 000 dollars pour ses études de droit, rate l'examen et se retrouve avec des dettes impossibles à rembourser

Bouton whatsapp

Dans un essai bouleversant, un homme raconte sa descente aux enfers après avoir contracté un prêt gargantuesque pour se lancer dans des études de droit. Celui qui rêvait de devenir avocat a échoué l’examen du barreau et peine à rembourser son emprunt.

Crédit Photo : Istock

C’est bien connu : les étudiants américains contractent des prêts pour leurs études supérieures. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que certains d’entre eux ont du mal à rembourser leurs dettes.

C’est notamment le cas de Rafael Regales, un homme qui a obtenu un prêt de 200 000 dollars (environ 189 800 euros) pour étudier à la faculté de droit. Aujourd’hui, celui qui a échoué à l’examen du barreau peine à rembourser sa dette colossale. Il raconte sa descente en enfer dans les colonnes du magazine Insider.

«Quand j’ai commencé l’école de droit, j’avais 32 ans. J’étais marié et j’avais deux enfants, et je savais que ça allait être difficile. Mais je travaillais en politique à l’époque, et beaucoup de personnes de mon entourage étaient avocats », explique le père de famille. 

Crédit Photo : Istock

Le rêve se transforme en cauchemar...

Malgré les difficultés, Rafael Regales s’inscrit aux cours du soir dans l’espoir d’obtenir son diplôme et de réaliser son rêve : «J’ai contracté un prêt de 200 000 dollars. J’étais intimidé par le montant, mais j’étais excité à l’idée d’exercer un emploi mieux rémunéré».

Crédit Photo : Istock

Malheureusement, ses projets d’avenir sont tombés à l’eau lorsque le jeune homme a échoué à deux reprises à l’examen du barreau en raison de problèmes de santé mentale. «Ma dette a dépassé le montant de 332 000 dollars, intérêts compris», confie Rafael.

Avant d’ajouter : «Je suis donc coincé avec la dette de la faculté de droit sans le prestige de l’appartenance au barreau». Par chance, ce dernier a eu la possibilité de reporter les délais de paiement, notamment pendant la pandémie du Covid-19.

...Mais l’espoir subsiste

Il a également trouvé un emploi au sein du gouvernement, qui lui permet de faire partie du programme de remise de prêt de la fonction publique. Ce programme vise à annuler l’ensemble ou une partie des dettes en fonction du poste exercé au sein du gouvernement fédéral.

«Je ne serai pas admissible à l'annulation de mes prêts avant sept ans, alors j'ai encore de nombreux paiements devant moi (…) C’est démoralisant d’avoir autant de dettes, surtout quand cela ne m’a pas propulsé dans une nouvelle carrière».

Crédit Photo : Istock

Dans son essai, Rafael Regales explique avoir surmonté ses sentiments de frustration et la sensation d’échec grâce à une thérapie. Aujourd’hui, il entrevoit l’espoir d’une vie meilleure, mais le chemin pour atteindre la stabilité est encore long.

Source : Insider
Bouton whatsapp