Il prend un TER avec une statue de blaireau, la SNCF le verbalise... puis annule l'amende dans « un souci d'apaisement »

958partages
Bouton whatsapp

Le passager d’un train a récemment reçu une amende pour un motif étonnant et l’histoire a pris une tournure pour le moins inattendue.

Alors qu’il circulait sur un TER reliant Rouen à Paris le 29 juin, un passager a été verbalisé à cause d’une statue de… blaireau.

À voir aussi

Le contrôleur qui a rédigé le PV a ainsi estimé que l’objet en résine était « dangereux ou encombrant », reprochant au passager de voyager avec beaucoup trop de bagages dans un train bondé.

Verbalisé parce qu’il voyage avec une statue de blaireau, il voit son amende annulée par la SNCF

Christophe Coret, le contrevenant, s’avère être le fondateur de l’association AVES France, qui milite pour la protection de la nature et de la faune sauvage.

Le jour où il a reçu cette amende étonnante, il devait se rendre à Paris afin de participer à une animation destinée à sensibiliser les plus jeunes à la protection de la nature, ce qui explique pourquoi il avait cette statue en résine en guise de bagages.

« Nous étions invités à faire une animation sur la biodiversité au Monoprix de la gare Montparnasse, alors je me suis dit que ce serait bien pour les enfants d’apporter le blaireau pour leur présenter l’animal », raconte-t-il ainsi à nos confrères du Huff Post.

Un bagage que le contrôleur a jugé superflu !

« L’agent n’a pas du tout apprécié qu’on transporte cet objet, il nous a dit que ça n’avait rien à faire dans un train et m’a verbalisé, il n'y avait rien à faire, il ne voulait pas discuter avec nous », poursuit Christophe Coret qui estime que « c’était un délit de sale gueule ».

Crédit photo : Christophe Coret

Des voyageurs ayant assisté à la scène ont bien tenté de convaincre le contrôleur de revenir sur sa décision mais sans succès. Ce dernier a donc infligé 150 euros d’amende à Christophe Coret qui, ulcéré par ce qu’il considère comme « une injustice », a raconté sa mésaventure sur Twitter, en interpellant la SNCF.

Et comme il fallait s’y attendre, de nombreux internautes lui ont apporté leur soutien, critiquant au passage la compagnie.

Face à cette polémique, la SNCF a finalement fait machine arrière en annulant le PV, sans toutefois répondre directement à l’intéressé, qui a toutefois salué la décision.

« Après discussion avec l’encadrement, ce PV a été annulé mercredi en début d’après-midi. […] Compte tenu de la bonne volonté du client, qui s’était positionné de lui-même en seconde classe alors qu’il avait un billet de première, et en souci d’apaisement, le PV a donc été annulé. SNCF souligne cependant que le voyageur était dans son tort, chargé de trop de bagages qu’il n’a pas su ou voulu loger dans les espaces qui sont prévus à cet effet. », a ainsi communiqué la direction.

Bouton whatsapp