Lyon : une collégienne traumatisée après avoir vu The Ring en classe, ses parents poursuivent l'Éducation nationale

1 340partages

À Lyon, un film d’horreur diffusé en classe a causé un énorme traumatisme à une adolescente. Conséquence : ses parents ont réclamé des indemnités à l’Éducation nationale.

Les faits remontent à 2019.

À voir aussi

Dans le cadre d’un cours axé sur le cinéma fantastique, un professeur de français d’un collège lyonnais a montré à ses élèves de 4e le film d’horreur The Ring. Une adolescente de 13 ans n’est pas sortie indemne de la séance.

Crédit Photo : Universal

11 000 euros de dommages et intérêts

Après le visionnage du film, la jeune fille a dû avoir un suivi médical et psychologique tant elle était traumatisée. Face à cette situation, les parents de la collégienne ont décidé de poursuivre l’Éducation nationale.

« Elle a été véritablement traumatisée », a expliqué mercredi l’avocat des plaignants, lors d’une audience devant le tribunal administratif de Lyon. Ce dernier a présenté un certificat médical mentionnant que sa cliente était « en état de stress post-traumatique tout à fait caractéristique ».

Selon ses dires, l’adolescente a « vécu une fin de collège très dure » rythmée par des attaques de panique et un isolement social. Enfermée chez elle, la collégienne était incapable de regarder la télévision seule. Lors de l’audience, les parents ont réclamé plus de 11 000 euros de préjudice psychique et moral.

De son côté, le rapporteur public a rappelé que le professeur avait effectué un travail pédagogique avant et après la projection du film. Les élèves ont également rendu un devoir écrit « sur la construction de la peur dans un film ».

La décision du tribunal sera rendue dans les prochains jours.

Pour rappel, The Ring raconte l’histoire d’une journaliste qui enquête sur une mystérieuse vidéo ayant le pouvoir de tuer celles et ceux qui la visionnent. Le long-métrage avait été interdit en salles aux moins de 12 ans. En revanche, il est déconseillé aux moins de 16 ans à la télévision.