Ils « kidnappent » un crabe vivant dans un supermarché pour le remettre à l'eau 1 000 km plus loin

Bouton whatsapp

Une opération pour le moins insolite a eu lieu cette semaine dans l’est de la France a permis de sauver un crustacé condamné à être mangé.

Il doit encore se pincer pour voir s’il ne rêve pas !

Un crabe, condamné à une mort certaine dans l'assiette, a été enlevé dans un supermarché Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 29 octobre, pour être remis à l’eau.

Crédit photo : CDRAO (centre de documentation, recherche, application des offensives)

Crédit photo : CDRAO (centre de documentation, recherche, application des offensives)

Encore vivant, le crustacé qui se trouvait sur un étal de poissonnerie a ainsi été « kidnappé » par l’artiste nancéien Gilbert Coqalane.

Ce dernier a été épaulé par deux membres du mouvement baptisé « le perturbationisme ». Cette démarche pour le moins insolite avait pour but de dénoncer la vente d’animaux vivants dans les rayons alimentaires, comme l’expliquent nos confrères de France 3.

Ils kidnappent un crabe vivant dans un supermarché pour le remettre à l'eau

Une opération coup de poing qui vient fustiger ce que ces militants appellent une « aberration morale, écologique et économique faisant de ces crabes des têtes de gondoles visant à donner une illusion de fraîcheur, incompatible avec les conditions de survie en surpopulation sous néons », peut-on lire ainsi sur le site internet du mouvement.

« Ces 25 % de mortalité et cette captivité mise en scène sont justifiés par des arguments commerciaux rendant le rayon supposément plus attractif », dénoncent encore les « perturbationistes ».

Baptisé Michelle, le crabe, qui s’avère être une femelle, a ensuite parcouru plus de 1 000 km aux côtés de ses « ravisseurs » qui l’ont finalement relâché dans la mer, à Brest (Finistère).

Durant ce périple, la petite troupe a fait une halte symbolique devant le Fonds Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

Une fois le crabe remis à l’eau, les ravisseurs ont pu célébrer cette liberté comme il se doit dans un bar de la… criée à Brest.

Un joli pied de nez !

Source : France 3
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter