Cette boisson du quotidien serait un remède efficace contre les maux de tête

Si vous êtes un consommateur régulier de café, les quelques lignes qui suivent devraient vous plaire. Cette boisson, que l'homme a pris l'habitude de boire au quotidien depuis des siècles, s'avère être un remède naturel contre les maux de tête. Précisions.

Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur le café !

À voir aussi

Deuxième boisson la plus consommée au monde, le café possède des vertus étonnantes que beaucoup ignorent.

Saviez-vous par exemple qu’il était un véritable remède insoupçonné pour lutter efficacement contre les maux de tête passagers ?

Crédit photo : fiskez / Shutterstock

Le café, un remède miracle contre les migraines ?

En effet, une étude très sérieuse, publiée en 2009 par le Human Brain Maping Journal révèle que les propriétés vasoconstrictrices de la caféine permettraient de réduire de 27 % (en moyenne) le flux sanguin cérébral

Consommer du café de manière régulière réduirait donc le risque de migraines occasionnelles ou permettrait de les soulager.

Cependant, si les vertus de la caféine sont reconnues par les scientifiques, il ne faut pas non plus la considérer comme un remède miracle et en abuser car celle-ci peut également avoir un effet boomerang désagréable.

Si l’on en croit les travaux de l’American Migraine Foundation, la dose quotidienne idéale de caféine se situerait entre 200 et 400 mg, ce qui correspond à une consommation de deux à quatre tasses par jour.

Au-delà, on augmente le risque de souffrir de… maux de tête qui peuvent parfois s’avérer insupportables. En outre, l’excès de café peut provoquer une déshydratation qui entraîne également des migraines.

Une forme de dépendance à la caféine peut aussi être développée par les gros consommateurs et si ces derniers entreprennent un sevrage, ils peuvent de plus être sujets à des céphalées, qui demeurent l’un des principaux symptômes observés chez les personnes qui arrêtent d’en consommer.

En résumé, boire du café c’est bien, surtout quand on a tendance à souffrir de céphalées, mais point trop n’en faut !