En Méditerranée, l'agonie d'une baleine blessée par l'Homme a provoqué la colère de WWF

Bouton whatsapp

Ce vendredi matin, l’association WWF a tiré la sonnette d’alarme sur la situation dramatique d’une baleine amputée de sa queue.

Crédit Photo : Denis Ody / WWF FRANCE

Les images font froid dans le dos.

Le rorqual commun, prénommé Fluker, a été aperçu plusieurs fois dans le sanctuaire marin Pelagos, un espace maritime protégé situé entre l’Italie, Monaco et la France. Cet été, Fluker a également été filmé par une équipe du WWF à bord de son bateau Blue Panda.

Les experts du sanctuaire ont constaté que la nageoire caudale du mammifère marin était à demi amputée. Depuis, le rorqual commun, deuxième plus gros animal au monde après la baleine bleue, a perdu le reste de sa queue. Une situation très embêtante pour la baleine qui utilise sa queue pour se propulser. Sa nageoire caudale lui sert aussi à filtrer l’eau quand elle nage.

La baleine souffre depuis des mois

D’après les dires du sanctuaire Pelagos, une « collision avec un navire ou un enchevêtrement dans un filet » serait à l’origine de cette amputation. 

Aujourd'hui, la baleine « est dans un état de maigreur terrible » et « peut plonger et se nourrir, mais beaucoup plus difficilement que normalement, c'est ce qui explique sa maigreur », a confié Arnaud Gauffier, directeur des programmes de WWF.

Crédit Photo : F. Bassemayousse / WWF France

Le mois dernier, le sanctuaire avait déjà confirmé la présence de Fluker. À cette époque, le rorqual semblait « amaigri » et présentait «  de nombreux parasites  » :

«  Fluker parvenait à se déplacer (environ 100 km par jour), à plonger et se nourrir bien que difficilement. Cet individu, qui a étonné la communauté scientifique pour ses capacités d’adaptation, avait toutefois une chance de survie très faible  », a indiqué jeudi le sanctuaire.

Avant d’ajouter : «  À l’heure actuelle, toute mise à jour et spéculation sur son état de santé sembleraient prématurées  ».

Pour Arnaud Gauffier, «  ce qui est surtout choquant, c’est le fait que des activités humaines aient pu la mettre dans cet état-là  ». Le directeur des programmes de l’ONG requiert la mise en place d'une «  zone maritime particulièrement vulnérable  » en Méditerranée nord-occidentale, une zone très fréquentée.

Selon WWF, 10 à 40 rorquals communs sont tués chaque année suite à une collision mortelle avec les bateaux dans le sanctuaire Pelagos.

L’association réclame un « déploiement de systèmes anti-collision et la mise en place de politiques pour lutter contre les filets de pêche fantôme ».

Source : WWF
COMMENTER L'ARTICLE

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Jenna Barabinot

Depuis 1 an et demi, je m’efforce de produire des articles de qualité tout en gardant ma touche d’humour. Mon domaine de prédilection ? Les histoires d’animaux qui se terminent en happy end. Je suis d’ailleurs incollable sur les races des chiens. Les sujets de société me passionnent et me permettent de perfectionner ma plume. J’affectionne aussi la rubrique « entertainment » car elle m’offre une parenthèse pailletée.