Arnaque pass sanitaire : méfiez-vous de cette escroquerie au contrôle

Une nouvelle escroquerie vient d'être signalée par la Cnil qui a repéré le pot aux roses suite à de nombreux signalements d'internautes inquiets après avoir reçu des messages étranges prétendument envoyés par la police.

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 n’arrête pas les escrocs, bien au contraire, elle semble même leur donner de la suite dans les idées !

À voir aussi

Ainsi, ces derniers jours, des internautes ont signalé avoir reçu des e-mails aussi troublants que menaçants, envoyé par la police nationale. Du moins le croyaient-ils !

Car comme l’explique la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) sur Twitter, ces messages ne sont en réalité que des arnaques dont le but est de récupérer les données du pass sanitaire pour pouvoir les revendre par la suite.

Des e-mails, prétendument envoyés par la police, sont en réalité des arnaques destinées à récupérer des pass sanitaire 

« Des tentatives d’escroquerie sont effectuées par des individus se faisant passer pour la Police nationale via un e-mail demandant de fournir pass sanitaire et preuves d’identité, dans le cadre d’une enquête pour suspicion de fraude. N’y donnez jamais suite ! », peut-on lire ainsi sur le tweet posté par l’organisme le 10 septembre.

La méthode est simple, les escrocs réclament une capture d’écran du pass, ainsi qu’une photo recto verso de la carte d’identité de la personne et demandent également un selfie avec lesdits documents en main.

Pour tuer dans l’œuf ces tentatives d’hameçonnage, l’Afnic - organisme qui gère les noms de domaine en France – a annoncé avoir lancé une procédure de justification du nom de domaine utilisé par l’e-mail, à savoir police-national.fr.

Dans l’attente d’une hypothétique réponse, le domaine a été gelé provisoirement pendant une semaine, à l’issue de laquelle il sera définitivement bloqué.

Comme d'habitude dans ce genre de cas, la Cnil invite par ailleurs les internautes à signaler ce genre de messages suspects sur la plateforme gouvernementale : linternet-signalement.gouv.fr.