Nées albinos, ces deux soeurs kazakhes surprennent de par leur beauté à travers des clichés sublimes

9 488partages

Au Kazakhstan, un pays de l’Asie centrale, deux sœurs nées avec 12 ans d’écart sont parmi les rares personnes albinos dans le pays. Leur histoire fascine plus d’un et leur beauté font parler d’elles.

L'albinisme est une anomalie génétique et héréditaire qui affecte la pigmentation et se caractérise par un déficit de production de mélanine dans le corps et les cheveux. La prévalence de l’albinisme dans le monde varie en fonction des continents. Dans le pays de naissance des deux sœurs (Asel et Kamila), les chances de voir une personne atteinte d'albinisme varient généralement de 1 sur 3 000 à 1 sur 20000.

Crédit: Image Instagram Asel

Cependant, ces deux filles du Kazakhstan ont défié toutes les statistiques et comptent parmi les rares albinos dans leur pays. Mais ce n’est pas que cela, leur albinisme suscite beaucoup d'interrogations et d'admiration. Elles sont tout simplement belles avec la blancheur exceptionnelle de leur couleur de peau. Beaucoup n’en reviennent pas : « Les gens sont surpris que nous soyons albinos », a déclaré Asel, l’ainée de 14 ans. Leur frère Aldiyar, âgé de huit ans, a lui une apparence kazakhe tout à fait plus conventionnelle.

Si cette situation a laissé la maman dans un état de réflexion profonde, elle a donné une certaine notoriété à Asel, notamment sur Instagram : « Quand Asel avait dix ans, elle a commencé à modeler. Maintenant, après l'arrivée de Kamila, il y a encore plus de buzz autour de l'adolescente qui compte actuellement 33 000 abonnés » explique la maman des enfants.

Asel et Kamila fascinent beaucoup de monde et on comprend pourquoi à travers les nombreuses et sublimes photos. Nées albinos, elles jouissent d’une faveur de la nature. Elles sont belles avec leur peau et comptent beaucoup d’admirateurs sur les réseaux sociaux.

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

La maman, Aiman Sarkitov, était surprise de voir sa première fille avec un teint aussi clair. Les médecins, également, étaient perplexes quant à l’origine de Asel comme le raconte leur mère : « Les médecins ont été choqués et ont pensé qu'elle était russe. Puis j'ai commencé à lire sur ce sujet, j'ai appris que mes enfants sont albinos. Au tout début, tout le monde a été choqué et surpris. Je ne savais pas quoi faire moi-même, ni comment vivre ? »

Comme la plupart des filles de son âge, Asel fréquente l’école : « Elle étudie parfaitement bien » informe sa mère qui rajoute : « Les albinos ne diffèrent pas beaucoup des autres enfants, seulement leurs cheveux, leurs cils, leurs yeux et leur couleur de peau. Au début, c'était difficile, bien sûr, les enfants la regardaient. Maintenant, elle se sent bien, nous ne la limitons à rien. »

La jeune Asel prend bien soin de son corps : « Si je sors l'après-midi, je portes des lunettes solaires, je mets des vêtements pour protéger ma peau, un couvre-chef ou j'utilise un parapluie », explique-t-elle, avant de préciser : « Le soir, quand il n'y a presque pas de soleil, c'est beaucoup plus facile pour moi.»

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Crédit: Image Instagram Asel

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, les cas de personnes atteintes d’albinisme oscillent entre 1 cas sur 5,000 et 1 cas sur 15,000 en Afrique subsaharienne. En Europe et en Amérique du Nord, 1 personne sur 20,000 souffre de cette maladie, selon l’ONG Under the Same Sun.

Plus d'articles