Pour désengorger les urgences, le gouvernement met en place un forfait payant en cas de non-hospitalisation

10Kpartages

Celles et ceux qui se sont déjà rendus à l’hôpital le savent : le service des urgences y est très souvent saturé et l’attente peut prendre de longues heures. Mais grâce à une évolution de fonctionnement à venir, cela pourrait bien changer dès 2021.

Crédit : Michel Clementz

Publicité

En effet, dès le 1er janvier prochain, une nouvelle réforme du financement des structures d’urgence devrait changer beaucoup de choses dans toutes les urgences de France. Cette dernière prévoit que les patients dont les passages ne nécessitent pas d’hospitalisation payent une partie du coût des soins qu’ils ont reçu.

Plus précisément, ces frais devraient être mis en place sous forme de forfait à montant fixe (environ 20% du tarif des soins). Pour les connaisseurs, cette réforme remplacera le ticket modérateur, c’est-à-dire la part financière qui reste à la charge de l'assuré après le remboursement de la Sécurité sociale.

Un projet pour désengorger les urgences 

Vous l’aurez compris, ce nouveau fonctionnement a pour but de désengorger les urgences. À travers la France, beaucoup d’entre elles sont remplies par des patients dont la situation n’exige pas un passage immédiat à l’hôpital et pour qui un rendez-vous chez un médecin généraliste conviendrait amplement.

Ainsi, de manière automatique, le Forfait Patient Urgences (FPU) serait dû pour tous les assurés dont le passage aux urgences n’est pas suivi d’une hospitalisation. C’est en tout cas ce que prévoit le nouveau projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

L’objectif est simple : pousser les gens à réfléchir à deux fois avant de se rendre aux urgences pour un ongle cassé, un mal de gorge ou n’importe quel autre souci qui n’a pas de caractère urgent.

Crédit : Codes d'infirmières

À noter que certains cas seront néanmoins considérés comme des exceptions. Par exemple, les femmes enceintes, les malades chroniques ou encore les invalides pourront continuer à se rendre aux urgences et à profiter de leurs services sans frais supplémentaires.

Avant, ces profils de personnes étaient dispensés de ticket modérateur. Si ces exonérations ne seront plus d’actualité avec le forfait patient urgences qui entrera en vigueur début 2021, cette disparition sera quand même compensée par un « montant minoré », selon les mots du gouvernement.

Source : BFMTV
Plus d'articles