Pourquoi dit-on qu'un volcan dort ?

Quand il s’agit de volcans, on entend souvent dire que les éruptions étaient « inattendues » ou « surprenantes » car beaucoup avaient toujours supposé que ces géants de la nature étaient en sommeil. Mais que signifient vraiment les termes de volcan « en sommeil » ou « dormant » ? À travers cet article, vous allez en apprendre davantage sur ce phénomène resté inexpliqué pendant longtemps.

Crédit : Bos11 / Shutterstock

À voir aussi

En réalité, il faut d’abord savoir qu’il n’existe pas de définition fixe des volcans actifs, dormants et éteints. De manière générale, on peut dire qu'un volcan actif est un volcan qui est actuellement en éruption ou qui est entré en éruption au cours des 10 000 dernières années. Le Kilauea (États-Unis), le Stromboli (Italie) et le Mont Saint Helens (États-Unis) sont tous considérés comme actifs, tout comme des volcans tels que le Pacaya (Guatemala) et le Redoubt (États-Unis).

Un volcan dormant est un volcan qui dort mais qui pourrait se réveiller dans le futur, comme le Mont Rainier (États-Unis) et le Mont Fuji (Japon). Un volcan éteint est mort, c'est-à-dire qu'il n'est pas entré en éruption au cours des 10 000 dernières années et qu'il ne devrait plus jamais entrer en éruption. Le Kohala, sur la grande île d'Hawaï, peut être considéré comme tel.

Pour le grand public, les termes « dormant » et « actif » sont particulièrement arbitraires. Un non-scientifique qui vit à proximité d'un volcan peut supposer que le volcan est inactif, et peut même ne pas savoir qu'il s'agit d'un volcan car qu'il n'y a pas eu d'éruption de mémoire d’Homme (cela signifie que les doyens d'une communauté ou d’une région ont vu la dernière activité d'un volcan).

Les archives historiques des éruptions peuvent permettre de remonter à plusieurs centaines d'années, mais cela encore dépend des personnes qui ont connaissance de celles-ci. En effet, même si l'on sait que des éruptions ont eu lieu au cours des derniers siècles, un volcan peut ne pas être considéré comme actif par l’opinion à moins qu'il ne soit visiblement en éruption.

Cependant, même s’ils ne sont pas d'accord sur les définitions exactes, les volcanologues ont des idées très différentes sur ce qui constitue un volcan en sommeil ou actif.

Certains considèrent qu'un volcan est actif s'il est entré en éruption au cours des 10 000 dernières années et le classe comme dormant s'il est entré en éruption il y a plus de 10 000 ans, mais a encore accès à une source de magma qui pourrait alimenter de futures éruptions.

À noter que le repère de 10 000 ans avant le présent est utilisé par les scientifiques car il marque le début de l'époque holocène, soit approximativement le moment où la dernière période glaciaire s'est terminée dans le monde entier. D'autres volcanologues pensent qu'un volcan est actif uniquement s'il est entré en éruption dans le récemment et s'il est susceptible de le faire dans un avenir proche.

Crédit : Zaven Sargsyan / Shutterstock

Et si les volcans qui dorment étaient les plus dangereux ?

L'absence de consensus général sur la signification de ces termes est un point sensible en volcanologie ainsi qu’une source de confusion lorsqu'il s'agit de traiter avec des non-scientifiques.

Les volcanologues peuvent hésiter à déclarer un volcan en sommeil à des fins scientifiques, mais ils doivent tenir compte des préoccupations à court terme : Quels sont les volcans qu'il est le plus urgent d'étudier et de surveiller ?

Les non-scientifiques soutiendront-ils le travail s'ils considèrent que le volcan est inactif ? Le public écoutera-t-il les campagnes de sensibilisation et d'éducation sur les volcans potentiellement dangereux s'il ne semble pas qu'ils vont entrer en éruption ?

Le Seulawah Agam et le Sinabung ne sont pas entrés en éruption depuis le XIXe siècle, ce qui est largement suffisant pour que les personnes vivant près de ces volcans oublient même qu'ils sont des volcans.

Visuellement, ils ressemblent aujourd’hui bien plus à des montagnes boisées parmi tant d’autres qu’à de réelles forces de la nature dont la puissance peut causer d’énormes dégâts matériels et humains. C’est une situation dangereuse, car se préparer régulièrement à une éruption volcanique est le sans aucun doute le meilleur moyen de diminuer les risques et le danger qu’elle engendre.

Mais qu'un volcan ait été historiquement actif ou non, il est important de se rappeler que les phénomènes naturels se déroulent sur des échelles de temps aussi bien géologiques qu'humaines.

Aux quatre coins du monde, les volcanologues font de leur mieux pour concilier les temps géologiques et humains et rester à l’affût des moindres signes précurseurs d’une potentielle éruption. Vous l’aurez donc compris, un volcan en sommeil fait en réalité partie de la classification des volcans actifs, c'est juste qu'il n'est pas en éruption actuellement.

Étonnant n'est-ce pas ?