Pourquoi l'alcool rend ivre ?

La plupart d’entre nous ont sans doute déjà ressenti la sensation d’ivresse après avoir bu de l’alcool, mais vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passait dans l’organisme pour en arriver à cet état ? Aujourd’hui, à travers cet article, nous allons lever le voile sur ce phénomène physiologique afin d’en apprendre plus sur les effets de l’alcool sur notre corps.

Crédit : Julia Nastogadka

À voir aussi

D’abord, il faut savoir que la sensation d'ébriété est provoquée par la consommation d'alcool car cette dernière influence directement des processus spécifiques du cerveau, qui est ni plus ni moins que le centre de commande du corps. Quand une personne se met à consommer de l'alcool, son foie commence à le décomposer.

Une enzyme appelée alcool déshydrogénase est responsable de la décomposition de l'alcool en acétaldéhyde, qui est ensuite décomposé en acide acétique. L’ivresse survient lorsque l'alcool est bu plus rapidement que ce que l’organisme est capable de le décomposer.

L'alcool est un dépresseur pour notre organisme, c’est-à-dire une substance qui ralentit l'activité du système nerveux central, réduit l'activité fonctionnelle et la coordination motrice.

Certains des symptômes visibles qu’on a l'habitude de voir chez une personne saoule comme les troubles de l'élocution, la perte de coordination, les chutes, la perte d'inhibition, la perte de connaissance et bien d’autres encore sont des effets secondaires qui résultent du fait que les cellules de notre cerveau communiquent à un rythme plus lent qu’à l’accoutumée.

Si de nombreuses personnes ivres ont du mal à maîtriser leur corps, c’est parce que la partie du cerveau qui contrôle la coordination, le cervelet, est très sensible à l'alcool. L'évanouissement ou la somnolence est également un autre effet secondaire.

Le système d'activation réticulaire est une zone du tronc cérébral qui contrôle la conscience, l'alcool peut également atténuer ce système. L'alcool peut agir très rapidement chez l’Homme. En effet, il atteint généralement le cerveau en 5 minutes et ses symptômes peuvent être perçus en seulement 10 minutes.

Pour ce qui est des effets euphoriques initiaux de l'alcool, ils sont la conséquence de la libération de dopamine par le centre de récompense du cerveau. Cette dernière est particulièrement connue comme le neurotransmetteur de la sensation de bien-être et elle est impliquée dans la sensation de plaisir.

La libération de dopamine est également considérée comme l'un des mécanismes à l'origine de la dépendance. En plus de la dopamine, la consommation d'alcool libère initialement de la sérotonine, un autre neurotransmetteur impliqué dans la sensation de bonheur et de calme.

Ce sont ces substances molécules qui permettent de lier la consommation d’alcool à un sentiment de plénitude. Mais attention, ceci n’est qu’une impression car plus vous êtes ivre, plus vous commencez à ressentir des symptômes physiques. Cela se produit parce que l'alcool déprime votre système nerveux central et interfère avec les voies de communication de votre cerveau, ce qui affecte la façon dont ce dernier traite les informations.

Crédit : thom masat

Le degré de l’état d’ivresse dépend de nombreux facteurs spécifiques à chaque personne

D’un point de vue scientifique, l’alcool a un impact important et rapide sur l’organisme humain et est d’ailleurs particulièrement connu pour cela. Si certains consommateurs recherchent précisément l’état d’ébriété, à l’occasion de festivités par exemple, il arrive également que d’autres le subissent sans le voir venir.

En réalité, de nombreux facteurs influent sur le taux d’alcool et deux personnes qui ingurgitent les mêmes quantités ne seront pas forcément dans le même état.

Ces derniers concernent notamment le poids (moins vous avez de tissus corporels pour absorber l'alcool, plus vous ressentirez ses effets, ainsi un corps plus gros donne à l'alcool plus d'espace pour se diffuser), l’âge (avec les années, le métabolisme ralentit, le pourcentage de graisse corporelle augmente et la masse hydrique diminue), le type d'alcool (les boissons très concentrées en alcool comme la vodka et le gin sont absorbées plus rapidement par l’organisme), la vitesse à laquelle vous buvez (selon que ce soit à petites gorgées ou à grande gorgées, le taux d’alcool augmentera différemment) ou encore la quantité de nourriture dans l’estomac (la nourriture dans l'estomac ralentit l'absorption de l'alcool donc quelqu’un qui boit l'estomac vide se sentira plus ivre plus rapidement).

Désormais, vous saurez pourquoi vous n’êtes plus vous-même après le verre de trop !