Pourquoi la tour de Pise est-elle penchée ?

Célèbre dans le monde entier, la Tour de Pise, joyau toscan en Italie, doit sa notoriété à son équilibre chancelant. Mais pourquoi la tour de Pise est penchée ?


La Tour de Pise est penchée depuis le 12e siècle. Crédit : Shutterstock

À voir aussi

Impossible de partir visiter la Toscane en Italie sans s’y arrêter et la contempler. Avec ses 58 mètres de hauteur et sa posture incertaine, la Tour de Pise ("Torre di Pisa" en italien), affublée du nom évocateur de "Tour penchée" dans les guides touristiques, fait partie des monuments incontournables de la ville de Pise.

Star des selfies, la Tour de Pise, emblème de la cité, édifice connu dans le monde entier, se plie volontiers à toutes les mises en scène : tantôt surplombant un cornet de glace, tantôt supporté par un touriste souriant en manches courtes, ou encore enfermé dans une boule en verre... Si l’édifice de la Tour de Pise ne laisse pas d’intriguer et d’attirer les curieux, c’est moins pour son architecture en marbre que pour sa silhouette penchée.

Tour de Pise : une tour penchée peu de temps après sa construction

Son apparence semble fragile et on la dit prête à s’affaisser complètement, mais ce serait mal la connaître : la Tour de Pise est plus résistante qu’on ne le pense. Il suffit de se pencher un peu dans son histoire pour s’en rendre compte : ce monument remarquable a su résister à quatre tremblements de terre… Postés devant cet édifice érigé difficilement vers le ciel, les visiteurs scotchés sur leur smartphone, en quête de la meilleure pose devant ce campanile, peinent à croire que la Tour de Pise tienne toute seule comme une grande.

Et pourtant, c'est le cas depuis des siècles. Et d’ailleurs si on interroge tous ces touristes qui se pressent pour la voir, Italiens et vacanciers venus du monde entier, ce sont souvent les mêmes questions qui viennent aux lèvres : "Mais pourquoi la Tour de Pise est-elle penchée ?" ou encore "Et comment fait-elle pour résister dans cette posture sans s’écrouler ?"

La Tour de Pise bâtie sur une plaine alluviale

Les esprits les plus rationnels se sont souvent échauffés pour trouver une raison solide à cette étrange inclinaison. Au début, l'hypothèse d’un défaut de fondations a été mis sur le tapis. Mais celle-ci a peu à peu été délaissée au profit d’une autre piste plus plausible. L’explication avancée par les experts pour soulever le mystère de la Tour penchée repose sur la nature même du sol sur laquelle la Tour de Pise est implantée.

L’édifice dont la hauteur est de 55,22 m du côté nord et de 54,22 m du côté sud, a été construit sur un sol peu stable. A l’image de la ville de Pise, le campanile est bâti sur une plaine alluviale, c’est-à-dire une plaine formée par les dépôts successifs de cours d’eau. Autrement dit, si la Tour de Pise s’affaisse depuis son origine, ce serait donc en raison de son sous-sol meuble et mou, composé d’argile, de boue et de sable. Ses deux nappes phréatiques, situées à 10 m et 60 m de profondeur, auraient eu raison de la verticalité de l’édifice, lui donnant cette silhouette désaxée.

Des vagues de travaux successifs pour la redresser

Malgré son aspect bancal, on aurait tort de vouer la Tour de Pise à l’effondrement. Depuis son origine, tel un roseau, celle-ci se plie mais ne rompt pas. Dès sa construction en 1173, place des Miracles (Piazza dei Miracoli), le campanile installé à proximité de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, a pris l’habitude de se complaire dans son déséquilibre, trônant fièrement sans trembler parmi les monuments qui constituent le cœur religieux, artistique et historique de la ville de Pise.

De l’avis des Pisans (habitants de Pise), qui ont coutume de la côtoyer, on pourrait même dire que son côté penché fait partie de son identité, tant il est rattaché à son histoire. Pour cause, au 12e siècle, la Tour a commencé à s’affaisser à peine cinq ans après le début de son chantier. Les maçons ont dû s’arrêter en plein milieu des travaux du troisième étage de l’édifice.Il a fallu attendre 90 ans (vers 1275) pour reprendre les travaux. Giovanni di Simone, l’architecte en charge de la construction (la paternité de son oeuvre est encore controversée), décide de compenser cette inclinaison en construisant les quatre étages suivants en diagonale, en insérant des colonnes un peu plus hautes au sud de la Tour qu’au nord.

La Tour de Pise se prête à toutes les mises en scène avec les touristes. Capture Instagram @camille_ladouce

Un monument debout encore pour 300 ans

Mais ce subterfuge n’a pas suffi à empêcher la bascule de l’édifice. En 1990, au plus fort de son inclinaison, la Tour penchait de 1,5 mètres par rapport à la verticale. Le monument classé au patrimoine de l’Unesco, à l’architecture typique de l’art romano-toscan, est alors contraint de fermer ses portes au public. Un vaste chantier de consolidation a permis de remettre (un peu plus) sur pied l’édifice. Une armature en acier entourant le premier étage du cylindre a été posée.

De l’argile a été extrait de son sous-sol tandis que de profonds piliers ont été ajoutés pour renforcer les fondations. Des travaux considérables de sauvegarde et de consolidation qui ont coûté la "modique" somme de 28 millions d’euros. Grâce à ces mesures, depuis 2004, la tour de Pise semble désormais stabilisée. Et à en croire les experts, le monument serait capable de tenir sans vaciller encore 300 ans…

Tour de Pise : penchée... mais redressée de 4 cm

Pourtant le débat continue à faire rage : dans un camp, les oiseaux de mauvaise augure pour qui le destin de la Tour de Pise est scellé, convaincus que le monument finira bientôt par s’écrouler. Dans le camp adverse, (celui des observateurs zélés) qui assurent que le monument a plutôt tendance à se stabiliser voire même à se redresser.

Les conclusions rendus par le comité d’experts réunis lors de la sixième conférence européenne sur l’ingénierie sismique à Thessalonique (Grèce) en 2018 penchent plutôt dans ce sens. Ils sont arrivés à la conclusion que la Tour de Pise est un peu moins inclinée qu’avant et que ces dernières années, elle aurait même étrangement réussi à se redresser de 4 centimètres. Ce constat a été dressé à l’issue des dernières mesures réalisées en 2018.

Tour de Pise : un sol meuble qui fragilise et la consolide

Mais alors pourquoi la Tour de Pise tient-elle toujours debout ? Par un miracle ? Non, démentent les experts qui se sont penchés sur la question et ont étudié longuement la stabilité de l’édifice. La Tour de Pise tiendrait bon grâce à un phénomène dit d’"interaction sol structure dynamique".

Traduction : l’interaction entre la hauteur de la tour, le sol meuble (composé de boue d’argile et de sable), et le marbre qui constitue son édifice aiderait à maintenir l’édifice debout en cas de grosse vibrations comme des tremblements de terre. Autrement dit, le sol à l’origine de son équilibre précaire expliquerait aussi paradoxalement son incroyable solidité à toute épreuve.

Une tour qui se déforme en été

Mais qui pense avoir résolu l’énigme entourant la Tour de Pise se trompe : la Tour, drôle de dame au dos voûté de 14 500 tonnes, est en réalité bien difficile à cerner. Certes les travaux ont réussi à la stabiliser, mais si la tour de Pise a eu tendance à se redresser ces dernières années ce serait en revanche sans aucune intervention humaine, comme l'ont fait remarquer les experts à la conférence de Thessalonique. Un phénomène que les scientifiques et observateurs du monde entier peinent encore à expliquer.

La tour de pise peut-elle se redresser ? / Crédit : Unsplash

Autre constat étrange fait par les ingénieurs qui l’étudient sous toutes les coutures : la Tour de Pise se plaît aussi à se déformer en été. C’est ce qu’a pu observer un des ingénieurs qui y travaille toute l’année. "La tour a tendance à se déformer et à réduire sa pente en été, quand il fait chaud, parce qu'elle se penche vers le sud, de sorte que sa face sud est chauffée et que la pierre se dilate. Et en se dilatant, elle se redresse", expliquait Nunziante Squeglia, un de ces ingénieurs, à l’agence de presse AFP en 2018, à l’occasion de cette conférence européenne sur l’ingénierie sismique à Thessalonique.

Un mystère qui renforce son pouvoir d’attraction

Le mystère entourant "la Tour penchée" reste donc entier. Une certitude : quels que soient les travaux de renforcement et de stabilisation entrepris dans le futur, la Tour de Pise ne sera jamais droite. Voilà au moins un point qui fait l’unanimité et qui devrait renforcer la fascination du monde entier pour ce monument inébranlable.

La Tour de Pise continuera donc d’osciller, pour le grand bonheur des touristes venus des quatre coins du globe pour l’admirer. Ils sont plus de 3 millions de visiteurs chaque année (hors période Covid) à s’y rendre. Les selfies #tourdepise déjantés ont encore de beaux jours devant eux.