Sia, Linkin Park, Elton John... Les artistes demandent l'arrêt de l'usage de leur musique par les politiciens sans leur autorisation

27partages

Mick Jagger, Elton John ou encore Sia s’énervent contre les politiciens qui utilisent leurs musiques sans autorisation.

Dans une lettre ouverte, ils s’adressent aux personnes politiques qu’ils ne soutiennent pas et qui ne leur demandent pas leur accord. Ils sont, pour l’instant, une dizaine à avoir fait cette demande. Lorde, Linkin Park, Sia, Lionel Richie ou encore les Rolling Stones, se sont réunis dans cette lettre ouverte adressée à différences instances des partis qu’ils soient républicains ou démocrates.

Publicité

Crédit : Shutterstock/Featureflash Photo Agency

« Aucun politicien n'a intérêt à forcer un artiste populaire à le renier publiquement et à le rejeter »

Dans cette lettre ouverte, rédigé par l’Alliance des droits des artistes, on peut y lire : « Aucun politicien n'a intérêt à forcer un artiste populaire à le renier publiquement et à le rejeter. Pourtant, ces controverses inutiles entraînent inévitablement les artistes les plus réticents ou les plus apolitiques à sortir de leur réserve, les obligeant à expliquer en quoi ils ne sont pas d'accord avec les candidats qui utilisent à tort leur musique. Et sur les réseaux sociaux et dans la culture en général, ce sont les politiciens qui ont généralement le mauvais rôle dans ces histoires ».

Ted Kalo, le patron de l’Alliance des droites des artistes, s’est exprimé à ce sujet dans une interview pour Variety : « Cette lettre est une tape sur l'épaule, demandant aux campagnes de faire ce qu'il faut. Si cette tape sur l'épaule ne parvient pas à attirer l'attention des campagnes, je ne doute pas que la réponse se traduira par une augmentation considérable de l'activisme concerté » explique le patron.

crédit : shutterstock/FredericLegrand - COMEO

Ce n’est pas la première fois que cela arrive. La chanteuse Adele avait été très en colère lorsque Donald Trump avait utilisé ses chansons sans son autorisation. Malheureusement, le président américain actuel n’est pas le seul.

Énormément de politiciens américains sont des adeptes de ce phénomène, même Barack Obama a eu des problèmes avec un artiste en 2008. L’artiste en question était Sam Moore. Le Président l’utilisait pendant ses meetings, le chanteur avait affirmé qu’il n’avait jamais accepté de soutenir Barack Obama officiellement et que son vote devait rester privé.

Source : BFMTV
Plus d'articles