Toulouse : il écope d'une amende de 100 euros pour avoir donné 70 centimes à une mendiante à la gare Matabiau

1 397partages

Un homme a été verbalisé pour avoir donné quelques pièces à une mendiante dans une gare de Toulouse. Devant le tollé suscité par cette contravention, la SNCF a finalement décidé de l’annuler.

C’est une sanction pour le moins surprenante et à vrai dire incompréhensible ! Un jeune toulousain a été verbalisé ce mercredi par la police ferroviaire pour « sollicitation de toute nature », alors qu’il se trouvait dans la gare Matabiau.

Son tort ? Avoir donné 70 centimes à une mendiante qui l’avait sollicité dans le hall du bâtiment. Une amende salée de 100 euros que l’intéressé a immédiatement contestée.

Gare de Toulouse-Matabiau. Crédit photo : Semmick Photo / Shutterstock

« C’était tellement stupéfiant que j’ai cru que ce n’était pas sérieux »

Joint par France 3 Occitanie le lendemain, il a raconté cette scène surréaliste à ses yeux.

Tout commence sur les coups de 17h, lorsque cette mendiante lui demande un peu d’argent, alors qu’il en retire à un distributeur de billets.

Pressé de rentrer chez lui après une longue journée de travail, le jeune homme fouille alors dans son portefeuille et en extrait 70 centimes qu’il s’apprête à donner à cette femme, lorsqu’une patrouille de la police ferroviaire intervient.

L’un des policiers lui indique alors que la mendicité est interdite dans les lieux publics, ce que le jeune homme, qui ne se démonte pas, peine à comprendre.

« Je lui ai répondu que la femme ne m’avait pas directement demandé de l’argent. Il m’a répondu que si je lui donnais les pièces que j’avais encore dans la main, j’étais passible d’une contravention. C’était tellement stupéfiant que j’ai cru que ce n’était pas sérieux et j’ai lâché mes 70 centimes dans la main de la femme », a-t-il expliqué à nos confrères.

Rétropédalage de la SNCF qui parle de « maladresse »

Mais à son grand étonnement, le policier le verbalise pour « sollicitation de toute nature », ce qui, au regard de l’intitulé, revient à dire qu’il est lui-même la personne ayant fait l’aumône.

De plus, l’amende, dont le montant initialement annoncé était de 50 euros, est doublée et s’élève donc à… 100 euros.

C’en est trop pour le jeune homme qui décide dès le lendemain de contester l’amende.

« Je pense qu’il s’agit d’un abus d’autorité. Je n’avais pas encore donné les pièces quand la brigade ferroviaire est intervenue. Le policier m’a demandé de ne pas le faire et j’ai refusé de lui obéir. Il s’est vengé en me verbalisant », a ainsi raconté l’intéressé, lequel a par ailleurs affirmé qu’il était « hors de question (qu’il) paye 100 euros d’amende pour avoir donné 70 centimes à une mendiante ».

Dans un premier temps, la SNCF de Toulouse avait défendu le bien-fondé de cette amende, mais devant l’ampleur médiatique prise par cette affaire, rapidement fustigée sur les réseaux sociaux, la société a fini par reconnaître « une maladresse » de la part de la police ferroviaire, promettant d’annuler cette contravention.

Mais le mal est fait ! Une mauvaise publicité pour la SNCF qui s’en serait bien passée.

Plus d'articles
Dernières news