Toxicité, message codé, polémique : deux Miss USA démissionnent pour préserver leur santé mentale

Bouton whatsapp

Aux États-Unis, la démission surprise de Miss USA et Miss Teen USA a choqué le pays. Et pour cause : les deux reines de beauté dénoncent un environnement de travail toxique.

L'univers des concours de beauté s’est retrouvé au cœur d’une polémique outre-Atlantique : Noelia Voigt, Miss USA, a décidé de rendre sa couronne sept mois après son élection.

Dans un message posté ce lundi 6 mai sur Instagram, la jeune femme de 24 ans explique avoir fait ce choix pour préserver sa santé mentale.

Crédit Photo : Noelia Voigt

« Mon parcours en tant que Miss USA a été incroyablement significatif, présentant l’Utah avec fierté, et au plus tard les USA à Miss Univers. Malheureusement, j’ai pris la décision très difficile de renoncer au titre de Miss USA », a-t-elle écrit.

Avant d’ajouter : « Je me rends compte du choc que cela peut représenter pour beaucoup. Ne mettez jamais en péril votre bien-être physique et mental. Notre santé est notre richesse. Donnez la priorité à votre santé mentale, défendez-vous et défendez les autres en prenant la parole sans avoir jamais peur de ce que l'avenir vous réserve ».

Crédit Photo : Noelia Voigt/ Instagram

Une autre Miss rend sa couronne et quitte ses fonctions

Mais ce n’est pas tout. Miss Teen USA, Uma Sofia Srivastava, a suivi l’exemple de son aînée deux jours plus tard. En effet, cette dernière a, elle aussi, annoncé sa décision de renoncer à son titre, sur sa page Instagram.

Celle qui a été élue reine de beauté à l’âge de 17 ans a décidé de démissionner car « ses valeurs personnelles ne correspondent plus à celles de la direction de l’organisation Miss USA ».

Crédit Photo : Uma Sofia Srivastava / Instagram

Tout a commencé le 3 mai dernier lorsque la cheffe des réseaux sociaux de l’organisation Miss USA, une certaine Claudia Michelle, a annoncé son départ via un long message sur Instagram, dans lequel elle cite Noelia Voigt et sa compatriote Uma Sofia Srivastava.

« J’ai eu le privilège de travailler étroitement avec Noelia et j’ai malheureusement constaté une atteinte à sa santé mentale depuis notre première rencontre », a-t-elle écrit avant la démission des deux reines de beauté.

« J’étais aussi aux premières loges pour témoigner du manque de respect à l’égard d’Uma et de sa famille », a-t-elle poursuivi, soulignant que « la santé mentale et le bonheur de Noelia et d’Uma en ont pris un coup » Si l'ex-cadre de l'organisation a décidé de témoigner, c'est parce qu'elle refusait de « garder le silence ».

Environnement toxique et message codé

Claudia Michelle a également affirmé « désavouer la toxicité et l’intimidation sous toutes ses formes sur le lieu de travail ». La dirigeante démissionnaire rappelle que « sans ces jeunes femmes, il n’y a ni Miss USA, ni Miss Teen USA » et que « leurs voix et leurs histoires doivent être écoutées et non tues ».

Ce n’est pas la première fois que le concours Miss USA suscite la controverse, souligne le magazine Forbes. Toutefois, c’est la première fois en sept décennies qu’une lauréate démissionne pour une raison autre qu’un couronnement au concours de Miss Univers.

Crédit Photo : AFP

Autre volet intriguant de cette affaire de démission, la présence éventuelle d'un appel à l'aide camouflé. Depuis quelques jours, de nombreux utilisateurs de réseaux sociaux comme TikTok sont en effet persuadés que le texte de Noelia Voigt cache un message codé. Et pour cause : lorsque l’on prend la première lettre des 11 premières phrases de son message, on voit apparaître la phrase « I am silenced » (« On me fait taire »), a rapporté hier la chaîne américaine NBC.

Affaire à suivre.

Au sujet de l'auteur : Jenna Barabinot

Depuis 1 an et demi, je m’efforce de produire des articles de qualité tout en gardant ma touche d’humour. Mon domaine de prédilection ? Les histoires d’animaux qui se terminent en happy end. Je suis d’ailleurs incollable sur les races des chiens. Les sujets de société me passionnent et me permettent de perfectionner ma plume. J’affectionne aussi la rubrique « entertainment » car elle m’offre une parenthèse pailletée.