Les squelettes d'un couple vieux de 1500 ans découverts entrelacés dans une sépulture en Chine

743partages

Il est étonnant de constater que de simples travaux de construction peuvent dévoiler au grand jour des traces du passé. En Chine, dans la province du Shanxi, les chercheurs de l’équipe du professeur Qian Wang ont découvert une sépulture enfermant deux squelettes.

Crédit : International Journal of Osteoarchaeology

D’après les premières constatations des anthropologues, les restes retrouvés représenteraient une « étreinte éternelle ». La sépulture du couple a été trouvée dans un cimetière enfoui découvert après des travaux de construction. Les recherches ont ainsi permis de mettre à jour des centaines de sépultures appartenant à un peuple nomade du IIème siècle, les Xianbei.

Parmi les centaines de sépultures découvertes, il en est une en particulier qui a retenu l’attention des anthropologues. Par sa singularité et son caractère émotionnel, cette sépulture a fait l’objet d’analyses dont les résultats sont parus dans la revue scientifique International Journal of Osteoarchaeology.

Entrelacés depuis 1500 ans

Crédit : International Journal of Osteoarchaeology

Les résultats publiés par l’équipe du professeur Qian Wang indiquent que les deux squelettes retrouvés étaient entrelacés depuis 1500 ans. Une découverte de ce genre jusque-là inédite dans l’empire du Milieu qui « reflète le dévouement d’un couple l’un envers l’autre dans la vie », précisent les anthropologues dans leurs résultats.

Les recherches menées ont démontré qu’il s’agissait d’un homme âgé entre 29 et 35 ans et d’une femme âgée entre 35 et 40 ans. Le premier mesurait environ 161,5 centimètres, tandis que la femme qu’il entrelace, portant une bague à l’annulaire gauche, devait mesurer 157,1 centimètres.

« Le désir d’un amour éternel »

Les chercheurs ont toutefois remarqué que l’homme présentait quelques blessures : un bras cassé, une partie d’un doigt manquant sur sa main droite ainsi qu’une excroissance osseuse sur sa jambe droite. Quant à sa bien-aimée, les chercheurs ont été plus dubitatifs puisque cette dernière ne présentait aucune blessure apparente. Mis à part des caries, tout indique qu’elle était en bonne santé.

La thèse du suicide a donc été retenue dans l’étude. L’épouse se serait « sacrifiée pour être enterrée avec son mari décédé », retiennent les anthropologues, même si d’autres scénarios ne sont pas à exclure. « De nombreuses histoires d’amour fictives ont été écrites, et certains récits historiques dépeignent des personnes se suicidant par amour », rappelle Qian Wang.

L’équipe de chercheurs indique dans son étude que les deux amants auraient été enterrés en train de s’enlacer en « affichant le désir d’amour éternel du couple, et le respect de leur amour par les personnes qui les ont enterrées aussi ».

Source : Science Post