Porté disparu, un homme est retrouvé en vie accroché aux restes de son bateau après 24 heures

1 750partages

Un homme de 62 ans a été retrouvé en mer après avoir passé 24 heures accroché à son bateau alors qu’il coulait.

Stuart Bee sur son bateau, le Stingray. Crédit : US coast guard Southeast.

Stuart Bee, 62 ans, a connu un week-end bien agité. En Floride, ce navigateur amoureux de la mer décide, comme à son habitude, de prendre le large. Il embarque sur son bateau à moteur, le Stingray, de 9 mètres de long à Port Canaveral, vendredi dans l’après-midi.

Quelques heures plus tard, la famille de Stuart Bee est sans nouvelle. Sans plus attendre, sa famille donne l’alerte aux garde-côtes de Port Canaveral. Les proches de Stuart Bee informent les secours que Stuart ne reste pas plus de 24 heures seul au milieu de l’océan, et que ce comportement ne lui ressemble pas.

24 heures sont désormais écoulées, les garde-côtes de Floride lancent une patrouille au secours de Stuart. Un avion militaire, un C-130 Hercules, décolle de la station aérienne de la garde côtière de Clearwater pour porter secours aux patrouilles maritimes.

Un appel radio est émis à tous les marins dans le secteur pour jeter un coup d'œil aux horizons à la recherche du navigateur ou de son bateau.

Au petit matin dimanche, Stuart est secouru par un porte-conteneurs long de 68 mètres, le Angeles.

Secouru après 24 heures passées en mer

Stuart raconte s’être assoupi puis réveillé en sursaut vers minuit samedi. Son bateau, ayant souffert de problèmes techniques, prend l’eau. Des vagues frappent son bateau motorisé et la cabine dans laquelle il se trouve. Stuart se précipite alors hors de la cabine et se dirige vers la proue avant du bateau.

Le Stingray commence à s’engloutir puis chavire. Stuart s’accroche de toutes ses forces à la proue avant du bateau, seule partie encore visible. Durant des heures et toute la journée de samedi jusqu'au petit matin du dimanche, Stuart va lutter contre vents et marées accroché à ce petit morceau de bateau.

Dimanche matin, c’est enfin la délivrance lorsque Stuart aperçoit au loin un porte-conteneurs, le Angeles, et ses marins à son bord. Il est 11 heures du matin. Stuart parvient à enlever son t-shirt et le secoue vers le navire en criant à l’aide. L’homme est à 138 km des côtes.

L’équipe du Angeles aperçoit le navigateur au loin et n’en croit pas ses yeux. L’un des marins présents, P. Relativo, prend l’homme en photo avant de le secourir et lui offrir des vêtements secs et chauds. « J’ai été réveillé par un appel avec un sentiment d’urgence que nous devons sauver quelqu’un, écrit-il sur Facebook. En tant que marins marchands, nous avons été formés au plus haut degré de détresse qui puisse survenir en mer ».

Stuart est pris en charge par P. Relativo et son équipe et l’information est transmise aux garde-côtes. « [...] Il [Stuart] a également eu de la chance que notre cap se soit croisé près de l’Atlantique, ajoute Relativo. Après des manœuvres prudentes, nous avons réussi à sauver M. Stuart », se réjouit le marin.

« Notre plus haute vocation »

Après son sauvetage, la première question de Stuart à ses sauveurs fut « quel jour sommes-nous aujourd’hui ? ». P. Relativo lui répond alors et raconte : « À l'expression de son visage, j’ai vu ses yeux humides alors qu’il faisait le signe de la croix. Il a dérivé en pleine mer pendant des jours maintenant sa position au sommet de son bateau chavirant, en ne faisant aucun mouvement car cela pourrait précipiter son bateau dans les profondeurs ».

Un courage salué par le marin et les garde-côtes. « Sauver des vies en mer est notre plus haute vocation », rappelle le capitaine Mark Vlaun, responsable du secteur.

Stuart accroché à son bateau. Crédit : US coast guard Southeast.

Stuart secouru par le navire Angeles. Crédit : US coast guard Southeast.

Stuart et P. Relativo. Crédit : P. Relativo/ Facebook.

Source : Daily Mail