Dans les Ardennes, une partie de chasse vire au carnage avec 158 sangliers tués !

21 608partages

C’est une partie de chasse qui a tourné au carnage mercredi 27 novembre. Une polémique qui entache encore un peu plus le monde de la chasse.

Image d'illustration Shutterstock

Dans la forêt de La-Croix-Aux-Bois, dans les Ardennes, 84 chasseurs membres de l’Amicale de chasse s’étaient réunis pour une battue aux sangliers. Pendant quelques heures, la battue se transforme en véritable carnage.

Alors qu’une réglementation lui impose d’abattre 80% de sangliers sur la saison (soit 296, avec 370 bracelets de sangliers), l’Amicale a complètement dérapé lorsque ses membres ont abattu près de 158 sangliers !

Livrés à une boucherie pendant les quelques heures dédiées à la battue, les chasseurs auraient tiré près de 300 balles, comme le rapportent les quotidiens L’Ardennais et Le Point. Un drame qui a fait grand bruit et provoqué de nombreuses réactions dans la population, y compris au sein même des chasseurs présents ce jour-là.

Sous couvert d’anonymat, l’un d’entre eux s’est exprimé dans les colonnes du journal local : « C’était ridicule. Nous sommes la risée des gens, catastrophés, qui en ont entendu parler. Et, en terme de sécurité, c’était limite. D’ailleurs cela s’est passé juste à côté de Grandpré, où a déjà eu lieu un accident de chasse récemment ».

Un carnage qui a attiré l’attention et qui a dû être stoppé comme le raconte le président de la fédération de chasse des Ardennes Jean-Pol Gambier : « Quand ils ont entendu que ça tirait autant, il fallait arrêter. Trois coups de trompe et c’était fini ». Néanmoins, le mal est fait, 158 sangliers sont morts et cette battue « nuit fortement à la chasse », confie le président Gambier.

Une pratique déplorable mise une nouvelle fois en cause par le témoin anonyme : « Il n’y a plus aucun respect de l’animal, cela ne doit pas se reproduire. Dans le lot, certaines bêtes sont sûrement parties blessées, d’autres n’ont pas été retrouvées, une partie du gibier était inexploitable. Il n’y avait pas d’honneur », raconte-il.

Une partie de chasse qui aurait dû aboutir à « seulement 80 » sangliers tués selon René Debrosse, directeur de la chasse et ex-président de l’Amicale.

Une polémique qui ne devrait pas s’estomper après le carnage survenu. Cependant, le quotidien Le Point rapporte que malgré tout, « la fédération de chasse des Ardennes n’a aucun pouvoir de sanctionner les instigateurs de cette chasse ».

Source : Ouest France
Plus d'articles
Dernières news