Une start-up française a créé une enzyme capable de recycler le plastique à l'infini

3 405partages

Grâce à une nouvelle méthode trouvée par la start-up Carbios, le plastique le plus pollueur du monde pourrait bientôt être recyclé intégralement et aussi facilement que le verre.

Crédit photo : Gigira / Shutterstock

Carbios est une start-up de 30 salariés basée à Clermont. Elle fait partie du Toulouse Biotechnology Institute (TBI) qui regroupe de nombreux scientifiques. L'entreprise a été à la une du dernier numéro de la revue Nature car elle aurait trouvé une solution pour recycler intégralement et indéfiniment le plastique le plus produit dans le monde.

Les chercheurs de la start-up Carbios. Crédit photo : Jérôme Pallé

Ce plastique, le PET, est celui qui sert à fabriquer les bouteilles d'eau, de soda, les flacons de gel douche, les emballages alimentaires et certains tissus synthétiques. Ce plastique ne peut être recyclé que 6 fois, et les restes finissent toujours à l'incinérateur, entraînant des déchets et de la pollution. « Le problème n'est pas le plastique mais le déchet plastique. Si on le résout avec le recyclage, il n'y a plus de problème », explique Alain Marty, chercheur au CNRS.

Les chercheurs de Carbios ont trouvé une enzyme extraite d'un tas de feuilles de compost et, en la modifiant en laboratoire, ont réussi à améliorer sa capacité à décomposer le plastique. Cette molécule pourrait décomposer 90% du PET en 10 heures, en séparant et purifiant les résines une à une. Ensuite, elles pourront être ré-assemblées pour créer un nouveau plastique sans aucune perte.

Crédit : Carbios

Ce plastique pourrait donc être recyclé aussi facilement que le verre. Plusieurs industries sont déjà intéressées par cette proposition, comme Nestlé, Pepsi, l'Oréal et Orangina-Schweppes. Elles ont même autorisé la start-up a testé leur projet sur leurs produits. Pour ne pas perdre de temps, Carbios construirait déjà une usine près de Lyon qui permettrait de recycler 2000 tonnes de plastique d'ici 2021.

Source : Nature
Plus d'articles
À lire aussi