Gal Gadot : 7 films de l'actrice qui méritent le coup d'œil

Bouton whatsapp

Gal Gadot est une actrice au top. Elle est depuis quelques années courtisée par le tout Hollywood. La raison? Son interprétation fidèle et juste de Diana Prince/ Wonder Woman dans le film de Patty Jenkins, en 2017. Entre Israël, son pays d’origine, et Hollywood, la mère de famille est une actrice occupée. Avant de la découvrir dans Mort sur le Nil ou en Cléopâtre (sortie prévue en 2022), Gal Gadot sera à l’affiche de Red Notice sur Netflix.

Tout semble réussir à Gal Gadot. Actrice populaire et appréciée (notamment des cérémonies pour ados), l’ancienne Miss Univers 2004 est aussi une femme comblée dans le privé. Maman de trois filles, Gal Gadot file le parfait amour avec son mari, Yaron Varsano (un promoteur immobilier israélien), avec qui elle est en couple depuis 2008. Si elle reste relativement discrète sur sa vie privée, l’actrice s’autorise de temps en temps une petite entorse en publiant des photos de sa famille sur son compte Instagram. Et les sites people s’en donnent à cœur joie.

À voir aussi

Dans cet article, nous évoquerons la filmographie courte mais à succès de l’actrice. Découvrez 7 films qui valent le coup d’œil.

Fast and Furious (saga 2009 à 2015)

Fast and Furious 4. Crédit : Universal Pictures

C’est dans la saga de bolides portée par Vin Diesel, Paul Walker et Michelle Rodriguez que Gal Gadot s’est fait connaître au grand public. En 2009, l’Israélienne débarque dans Fast and Furious 4. L’une des sagas les plus fructueuses d’Hollywood. Alors, on se dit que sa plastique parfaite conjuguée aux voitures de course sont de mise pour attirer le spectateur et autre public adolescent à qui la saga s’adresse principalement. Pourtant, son personnage, Gisele Harabo, est bien plus intéressant.

Malgré les clichés éculés dans la saga, le rôle de Gal Gadot a su captiver l’attention. Lors de sa première apparition, l’actrice interprète le bras droit d’un criminel et une ancienne des forces spéciales. Son personnage a le mérite d’évoluer au cours des épisodes et présente différents aspects qui lui donnent une certaine profondeur. Gisele Harabo fait partie de la nouvelle salve de personnages qui font leur entrée dans le panthéon de Fast and Furious. Si la majeure partie des protagonistes ne restent que le temps d’un épisode puis s’en vont, celui de Gal Gadot aura la chance de faire son retour pour deux épisodes supplémentaires et une courte apparition dans Fast and Furious 9 (sorti cet été) en guise de flashback.

Son personnage parviendra à capter son public et à en faire un apprécié des aficionados de la saga. Au fil de ses apparition, Gal Gadot aura su tantôt énerver, tantôt attirer la sympathie du public. Gisele Harabo disparaîtra subitement pour laisser la place à son interprète de se diriger vers de nouveaux horizons. Pour la petite anecdote, ce rôle que l’on pense -à tort- fait pour les garçons ou les fans de bolides a amplement satisfait Gal Gadot, puisque l’actrice est une grande passionnée de voitures et de motos. Il s’agissait donc d’un milieu que l’interprète de Wonder Woman connaissait parfaitement.

Night and Day (2010)

Night and Day. Crédit : 20th Century Fox

Après sa première incursion dans Fast and Furious, série au succès indéniable de par le monde (5,8 milliards de dollars au box-office mondial), Gal Gadot poursuit sa carrière. En 2010, deux ans après son mariage, elle apparaît dans le film d’action porté par Tom Cruise et Cameron Diaz, Night and Day. Un film léger mêlant action, humour et espionnage. De quoi fait pâlir un James Bond… Un aspect plus fun dans la lignée de Fast and Furious.

Après Justin Lin, Gal Gadot tourne pour un autre grand réalisateur, James Mangold. Bien que son rôle dans Night and Day soit secondaire. Elle interprète, Naomi, ‘l’homme’ de main d’un marchand d’armes. Son personnage de botteuse de fesses lui va comme un gant et on aurait aimé la voir plus longuement dans ce rôle. Ce court avant-goût préparera le rôle de sa vie dans Wonder Woman où Gal Gadot utilise le combat à tout va.

Bien qu’il s’agisse d’un petit rôle pour l’actrice, Gal Gadot a au moins eu le mérite de collaborer avec de grands noms à Hollywood.

Triple 9 (2016)

Triple 9. Crédit : Mars Distribution

Gal Gadot dévoile une facette plus sombre de son jeu en incarnant la troublante Elena Vlaslov. L’actrice (qui n’a jamais pris de cours de théâtre) incarne un membre de la mafia russo-israélienne. Dans ce thriller coup de poing, emballant et sans temps mort, Gal Gadot endosse une nouvelle fois un rôle secondaire mais solide. Le casting hollywoodien est dingue (Casey Affleck, Anthony Mackie, Kate Winslet, Aaron Paul, Woody Harrelson…) et la Wonder Woman en devenir parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu.

Triple 9 est moyennement bien reçu par le public et les critiques, que certaines qualifient de «désordre». D’autres, au contraire, qualifient le film de «polar noir» au rythme imparable et au casting monumental. La performance de Gal Gadot est saluée et appréciée, un an avant la déferlante Wonder Woman au cinéma. Plutôt discret à sa sortie, Triple 9 n’a attiré que 288440 spectateurs en France.

Batman V Superman : L’Aube de la justice (2016)

Batman v Superman. Crédit : Warner Bros.

Comme dans presque tous les films de super-héros (DC ou Marvel), le personnage de Diana Prince/ Wonder Woman est présenté dans un film. Ici, il s’agit de Batman V Superman : L’Aube de la justice, de Zack Snyder. Dans cet épisode dans lequel s’affrontent Batman et Superman, Gal Gadot apparaît pour la première fois dans le costume de la princesse des Amazones.

Dans ce film à gros budget, Gal Gadot fait forte impression face à Ben Affleck et Henry Cavill, malgré ses quelques temps de jeu à l’écran. Son personnage n’est pas encore complètement défini et ce n’est qu’un an plus tard que les fans découvriront sa personnalité dans Wonder Woman.

Néanmoins, Gal Gadot fait une présence remarquée dans Batman V Superman : L’Aube de la justice. Elle interprète avec conviction Wonder Woman et montre une réelle implication que l’on retrouvera dans le film qui lui sera consacré, au côté de Chris Pine. Batman V Superman : L’Aube de la justice a lui, en revanche, grandement déçu les fans des comics ainsi que les critiques. S’il réalise un box-office pharamineux en récoltant 873 millions de dollars dans le monde, Batman V Superman provoque pourtant des avis très mitigés. Alors que la beauté plastique du film et ses décors sont loués, d’autres pointent les maladresses du scénario et l’intrigue déconstruite.

Wonder Woman (2017)

Wonder Woman. Crédit : Warner Bros.

En 2017, la vie de Gal Gadot va changer pour le mieux. Et sa carrière prend un tout nouveau tournant. Alors que Warner Bros. est à la recherche d’une actrice pour camper le rôle convoité de Diana Prince/ Wonder Woman, leur choix se tourne vers une actrice qui vient d’Israël. Quasiment inconnue du grand public à cette époque, Gal Gadot est surtout reconnaissable grâce à son rôle dans Fast and Furious. En décembre 2013, l’actrice et maman est officiellement choisie pour incarner ce personnage emblématique de l’univers DC.

Le choix de Gal Gadot provoquera (comme presque à chaque fois) une vague d’avis négatifs sur les réseaux sociaux. Mais sa prestation sincère et engagée finira par convaincre la plupart d’entre eux, notamment les fans de la princesse des Amazones. Il s’agit par ailleurs du premier héros féminin portée sur grand écran à avoir le droit à son propre film. Au côté de Chris Pine qui joue son fidèle compagnon, le capitaine Steeve Trevor, Gal Gadot incarne avec force cette combattante invincible qui traîne son lasso partout avec elle. Wonder Woman présente une héroïne optimiste et bienveillante, bien décidée à faire régner la paix sur Terre. Le film navigue subtilement entre scènes décalées et sérieux.

Le duo que Gal Gadot forme à l’écran avec Chris Pine est réussi et fonctionne parfaitement. Leur alchimie fait des merveilles et on s’attache facilement à eux. Wonder Woman prône la bienveillance, la curiosité et la découverte. Une bonne réussite qui se traduit par les chiffres du box-office tout d’abord. Wonder Woman a récolté dans le monde près de 821 millions de dollars. En France, le film réunira 2,1 millions de spectateurs au cinéma. De plus, le duo Gal Gadot et Chris Pine se voit recevoir quelques récompenses à Hollywood: Teen Choice Awards du meilleur film d’action, de la meilleure actrice pour et du meilleur acteur, en 2017. Wonder Woman n’est pas en reste puisqu’il obtiendra aussi la récompense du meilleur film d’action aux Critics’ Choice Movie Awards la même année. Enfin, ce genre de films est en général snobé par Hollywood lors des cérémonies. Néanmoins, Wonder Woman a eu la chance d’être nommé dans plusieurs catégories à la cérémonie des Oscars 2018, sans toutefois repartir avec la précieuse statuette.

Justice League (2017)

Justice League. Crédit : Warner Bros.

En 2017, la femme de Yaron Varsano enfile une nouvelle fois le costume de Wonder Woman. Cette fois-ci, la princesse des Amazones ne sauve pas le monde toute seule. Elle sera aidée dans sa quête par de grands noms de l’univers DC: Batman, Superman, Aquaman, Flash ou encore Cyborg. Au côté d’acteurs stars d’Hollywood comme Ben Affleck et Henry Cavill qu’elle retrouve, Gal Gadot partage l’écran avec Jason Momoa, Ezra Miller et Ray Fisher qui incarnent les nouveaux super-héros fraîchement débarqués.

Le Justice League de Zack Snyder espère ainsi rivaliser avec son plus grand concurrent, Marvel. Le casting s’y prête. Tout comme les héros dépeints dans le film. L’univers est soigné et respecté, mais Justice League ne plaît pas réellement aux fans des comics et des films de super-héros. Tout comme Batman v Superman, les critiques sont fortement mitigées. Selon les avis, Justice League n’est pas à la hauteur de ses ambitions et ne fait que réitérer le schéma balisé du genre super-héros. Reste que malgré les nombreux reproches faits au film, Justice League jouit de comédiens populaires et appréciés des cinéphiles. Néanmoins, ce petit détail, n’aura pas permis d’attirer du monde en salle.

Le box-office mondial s’avère décevant avec 657 millions de dollars récoltés dans le monde. Plus de la moitié l’ayant été sur le sol américain. En France, Justice League fait bien moins que ses confrères Marvel puisqu’il réunira difficilement 1,7 millions de spectateurs.

Red Notice (2021)

Red Notice. Crédit : Netflix

Après une sortie expéditive (et ratée) de Wonder Woman 1984 en vidéo à la demande ou sur plateforme aux États-Unis, Gal Gadot revient au cinéma. Plus particulièrement sur Netflix. À cause d’un retard dans le planning, Red Notice commence ses prises de vue en janvier 2020. Mais la pandémie de Covid est tout près et le tournage sera rapidement interrompu. Il ne reprendra qu’en septembre suivant.

Dans Red Notice, Gal Gadot fait partie d’un casting composé de deux des acteurs les plus populaires d’Hollywood: Dwayne Johnson et Ryan Reynolds. Dans cette comédie d’action, l’actrice désormais installée à Los Angeles, incarne avec l’acteur canadien une criminelle. Ces derniers sont amenés à faire équipe avec un agent du FBI joué par The Rock pour faire un casse. D’après les premiers trailers dévoilés, Red Notice promet du fun et de l’action. L’humour de Ryan Reynolds et le charisme de Dwayne Johnson et Gal Gadot devraient faire mouche. Pour en être sûr, il va falloir patient jusqu’au 12 novembre et sa sortie sur Netflix.

À l’issue du tournage du film, Gal Gadot a annoncé être enceinte de son troisième enfant. En juin 2021, l’actrice et son mari, Yaron Varsano, ont accueilli une fille, la troisième du couple. Un début de grossesse que la native de Petah Tikva est parvenue à garder secrète. En début d’année, sur le tapis rouge des Golden Globes, où elle était présente pour remettre un prix, l’interprète de Wonder Woman n’a pas pu garder le secret bien longtemps. Après avoir gardé le silence, l’actrice s’est résolue à confirmer la bonne nouvelle sur sa page Instagram, elle qui est peu habituée aux journaux people et autres potins.

Bouton whatsapp